Mathieu Lacombe, que l’on voit ici avec son chef François Legault, compte se lancer rapidement dans la réalisation des promesses de son parti dont la construction d’un nouvel hôpital ou l’élargissement de l’autoroute 50.

Une diversité bien accueillie

La nouvelle diversité dans la représentation politique de l’Outaouais à l’Assemblée nationale ne peut qu’être bénéfique pour la région, estime le caquiste Mathieu Lacombe, élu lundi soir dans Papineau.

M. Lacombe a confié, mardi, qu’il ne croyait pas vraiment en une victoire aussi forte sur son adversaire libéral, le député sortant Alexandre Iracà. Il a finalement obtenu près d’un vote sur deux (46,94 %), tandis que M. Iracà s’est contenté de 23,11 % des voix.

« J’avoue que je ne m’attendais pas à ce que le résultat soit aussi convaincant, a fait savoir M. Lacombe. Quand je me suis lancé, je n’étais pas du tout certain qu’on allait gagner. C’était un risque, mais je suis vraiment content d’avoir pris ce risque-là. »

Pour la première fois depuis la percée péquiste de 1976, l’Outaouais comptera autre chose que des députés libéraux à l’Assemblée nationale.

Même si la CAQ pourra gouverner comme bon lui semble pendant les quatre prochaines années grâce à sa majorité en chambre, Mathieu Lacombe croit que la présence des libéraux André Fortin et Maryse Gaudreault dans la région est « une excellente nouvelle » pour la population.

« Il y a des députés libéraux qui nous auront à l’œil, il y a des citoyens qui nous auront à l’œil, souligne-t-il. Je pense qu’une diversité, c’est toujours mieux pour une région, que ce soit une diversité d’élection en élection en alternance ou que ce soit une diversité dans le nombre de partis qui sont représentés. L’important, c’est que la région ne soit pas tenue pour acquise. »

Rien n’a encore filtré quant à l’identité potentielle de la personne qui héritera du poste de ministre responsable de l’Outaouais au sein du gouvernement de François Legault. Ancien chef d’antenne de TVA Gatineau-Ottawa, Mathieu Lacombe affirme n’avoir eu aucune discussion en ce sens avec son chef lorsqu’est venu le temps de confirmer sa candidature dans Papineau. « Pas du tout », dit-il.

M. Lacombe compte rapidement se lancer dans le processus de réalisation des promesses caquistes, qu’il s’agisse de la construction d’un nouvel hôpital d’ici cinq ans ou encore de l’élargissement de l’autoroute 50 sur toute sa longueur. « Il y a beaucoup de chantiers à mettre en œuvre, mais on est trois paires de bras, souligne-t-il. On va respecter nos engagements. »

Une des deux autres paires de bras, c’est celle de Mathieu Lévesque, qui a défait le libéral sortant, Marc Carrière, dans Chapleau.

M. Lévesque a confié qu’en arrivant au rassemblement caquiste de la région, lundi soir, son équipe n’avait « pas atteint le pourcentage de sortie de vote » espéré auprès des électeurs favorables à la CAQ. Il a tout de même fini par gagner avec 2537 voix de majorité.

Pour sa circonscription, le caquiste avait une liste de projets à énumérer en santé, dont l’acquisition d’un appareil d’imagerie par résonance magnétique pour l’Hôpital de Gatineau, des salaires « compétitifs avec l’Ontario » et le rapatriement des soins consommés sur l’autre rive.

Le projet de 32 chambres travail-accouchement-récupération-postpartum à l’Hôpital de Gatineau sera maintenu, a fait savoir M. Lévesque, qui assure par ailleurs que même si la CAQ veut rouvrir l’entente avec les médecins spécialistes, « leur salaire ne va pas être diminué ici dans la région » en raison de la proximité avec Ottawa.

La troisième paire de bras caquiste dans la région est celle de Robert Bussière, dans Gatineau.

L’ex-maire de La Pêche a obtenu près de 42 % des voix, devançant ainsi la libérale Luce Farrell, qui a recueilli un peu plus de 30 % des voix.

+

Un déménagement à prévoir dans Chapleau

Le caquiste Mathieu Lévesque, élu lundi soir pour représenter les citoyens de la circonscription de Chapleau à l’Assemblée nationale, assure qu’il remplira son engagement de s’installer à Gatineau après une décennie passée dans la région de Montréal.

L’avocat de formation, qui a grandi en Outaouais, était revenu dans la région le temps de la campagne, qu’il a menée à partir d’un local électoral aménagé dans le garage de la résidence de ses parents.

Mathieu Lévesque a été élu dans la circonscription de Chapleau.

«C’est officiel, je déménage», a confirmé mardi le principal intéressé, qui compte louer sa propriété montréalaise pour revenir habiter en Outaouais.

Son collègue Mathieu Lacombe, élu dans Papineau, a pour sa part rappelé qu’il n’a «pris aucun engagement de déménager» dans le territoire qu’il représentera à l’Assemblée nationale. Le caquiste demeure actuellement dans la circonscription de Hull.