La caquiste Sonia LeBel serait largement en avance dans la circonscription de Champlain.

Sonia LeBel largement en avance dans Champlain

TROIS-RIVIÈRES — Tout comme à l’échelle provinciale, la Coalition avenir Québec détiendrait une confortable avance dans la circonscription de Champlain à l’aube de la campagne électorale. C’est du moins ce qui ressort d’un sondage de la firme Recherche Mainstreet pour le compte du Groupe Capitales Médias.

Si le scrutin avait eu lieu le 20 août – journée au cours de laquelle le sondage a été effectué – la candidate vedette de la formation dirigée par François Legault, Sonia LeBel, aurait récolté 44 % des voix. Le député libéral sortant, Pierre Michel Auger, aurait quant à lui obtenu 22,7 % des votes. Le candidat du Parti québécois, Gaétan Leclerc, suivrait avec 18,6 % tandis que son adversaire de Québec solidaire, Steven Roy Cullen, terminerait bon quatrième avec 9,5 %. Tous les autres partis réunis récolteraient 5,2 % des intentions de vote.

Ces résultats ne surprennent pas le vice-président de Recherche Mainstreet, Steve Pinkus. Selon lui, la CAQ est déjà bien enracinée dans Champlain, notamment en raison du passé adéquiste de la circonscription. On se rappellera que l’actuel député Auger avait été élu sous cette bannière lors de l’élection de 2007, avant de joindre les rangs du Parti libéral en cours de mandat.

«Ça fait un bout de temps que l’on sent que la CAQ est en avance. Ce sondage ne fait que confirmer ce que l’on savait déjà. Démographiquement, Champlain représente bien l’électorat qui appuie la CAQ. Et ce n’est pas un fief pour aucun parti. Il suit souvent le gouvernement. Et comme on prévoit une vague de la CAQ, ça ne serait pas étonnant que les électeurs de Champlain se sentent confortables à voter pour la CAQ. Ça a le temps de changer, mais je peux tout de même dire que Champlain est un comté assez sûr pour la CAQ», avance M. Pinkus.

De plus, la décision de donner cette circonscription à Sonia LeBel permet à la formation de François Legault de rallier davantage d’électeurs à sa cause selon M. Pinkus. Comme elle est une figure bien connue en raison du rôle qu’elle a joué comme procureure lors de la Commission Charbonneau, il considère que la CAQ a fait un bon coup en la recrutant.

«Sa ‘‘bataille’’ contre Julie Boulet, c’est le genre de chose qui est marquant», rappelle-t-il.

Même si les électeurs de Champlain ont été représentés par un député péquiste à plusieurs reprises, et ce, même lorsque le Parti libéral était au pouvoir, le sondeur n’est nullement surpris que son candidat se retrouve au quatrième rang.

«Le Parti québécois commence à être une force épuisée. Il va peut-être garder quelques sièges au Saguenay – Lac-Saint-Jean, en Gaspésie et dans l’Est de Montréal. Par exemple, si on regarde les intentions chez les 18 à 34 ans, c’est une course à trois entre la CAQ, le PLQ et Québec solidaire. Le PQ est plusieurs points en arrière. [...] Dans la conjoncture actuelle, je crois que ça va être difficile pour le PQ de revenir. Il y aura une bataille pour le vote socialiste-progressiste entre le Parti québécois et Québec solidaire. Cette lutte féroce changera pas mal le portrait politique du Québec. Il ne faut pas sous-estimer la force de QS», poursuit M. Pinkus.

Méthodologie: Le sondage a été réalisé par un système de réponse interactif le 20 août auprès de 646 répondants. Il vient avec une marge d’erreur de 3,8 %, 19 fois sur 20.