Selon le sondage Recherche Mainstreet, le candidat libéral Marc Carrière possède une avance de 1,4 % sur son plus proche poursuivant, Mathieu Lévesque de la CAQ.

Sondage: la CAQ chauffe les libéraux dans Chapleau

La Coalition avenir Québec (CAQ) ne serait qu’à 1,4 point de pourcentage de déloger le Parti libéral du Québec (PLQ) dans la circonscription de Chapleau, château fort des libéraux depuis sa création en 1980.

Selon le plus récent sondage Recherche Mainstreet fait pour le compte du Groupe Capitales Médias, si les élections se tenaient aujourd’hui, le candidat libéral Marc Carrière serait élu dans Chapleau avec 32 % des votes contre 30,6 % pour le candidat caquiste Mathieu Lévesque. Québec solidaire (QS) remporterait la lutte souverainiste avec 15 % des votes contre 11,8 % pour le Parti québécois (PQ).

M. Carrière se voit donc menacé de perdre sa circonscription pour une première fois, et ce, contre le jeune avocat de la CAQ, Mathieu Lévesque.

M. Lévesque avait pourtant eu du mal à répondre à certaines questions concernant les problèmes dans le réseau de la santé dans la région en février dernier.

« Il faudrait que je révise cette question-là », avait-il répondu au Droit lorsque questionné sur ce qui ne fonctionne pas à l’intérieur du Centre intégré de santé et de services sociaux en Outaouais (CISSSO).

Toutefois, selon le vice-président de Mainstreet, Steve Pinkus, après avoir passé 15 années sous le règne libéral, les Québécois veulent du changement.

« Les gens semblent être un peu tannés des libéraux et la souveraineté n’est plus sur la table, surtout dans la région de l’Outaouais, a-t-il déclaré. Certaines personnes se sentent maintenant à l’aise de changer leur vote, même si ce n’est que pour voir un changement. »

M. Pinkus souligne que la plus grande surprise est le virage qu’ont pris les intentions de vote des aînés de 65 ans et plus ainsi que des femmes.

« Auparavant, les aînés étaient un château fort pour le PLQ, mais depuis une semaine, la CAQ a pris légèrement les devants dans les sondages, précise-t-il. Depuis l’affaire Ouimet, on commence aussi à voir que les femmes se dirigent légèrement vers la CAQ, alors que le PLQ a toujours été devant la CAQ à ce chapitre. »

La marge d’erreur étant de 4,2 %, les résultats pourraient cependant changer très rapidement.

« Bien des choses peuvent se dérouler d’ici le premier octobre », rappelle M. Pinkus.

Ce sondage Mainstreet a été réalisé le 20 août auprès de 531 personnes ; sa marge d’erreur est de ± 4,2 % 19 fois sur 20.

+

LES AUTRES CIRCONSCRIPTIONS EN BREF

Jean-Talon : le ministre Proulx se fait chauffer

Siège du ministre de l’Éducation Sébastien Proulx et enclave libérale dans une région caquiste, Jean-Talon semble partie pour résister à la vague caquiste qui se dessine depuis des semaines… mais pas par une grosse marge. M. Proulx recueille 34,5 % de la faveur dans cette circonscription du centre-ville de Québec, ce qui est bon pour une avance de quelques points sur la candidate de la CAQ, la femme d’affaires Joëlle Blouin, à 30 %. Dans une circonscription où le PLQ règne sans partage depuis sa création en 1966, et où il a remporté des majorités de 10 à 22 points au cours des trois derniers scrutins, une avance de moins de 5 points peut certainement être vu comme un signal inquiétant pour les libéraux. Notons que le PQ et Québec solidaire suivent loin derrière, avec 18 et 14 % d’appuis. Ce coup de sonde a été réalisé auprès de 637 personnes le 18 août, de ce qui donne une marge d’erreur de plus ou moins 3,85 % 19 fois sur 20. 

Brome-Missisquoi : la fin du règne libéral ?

Est-ce que le départ du populaire Pierre Paradis, député de l’endroit depuis 1980, qui a fait mal à ce point ? La candidate caquiste et ex-olympienne Isabelle Charest est en bonne posture pour mettre un terme à près de 40 ans de règne libéral dans Brome-Missisquoi.
Un sondage Mainstreet réalisé le 19 août auprès de 652 personnes (marge d’erreur : ± 3,8 % 19 fois sur 20) lui accorde 41 % des intentions de vote, contre 31,5 % pour la libéral Ingrid Marini. Il s’agit
véritablement d’une lutte à deux puisque le Parti québécois et Québec solidaire ne peuvent faire mieux que 12 et 8 %, respectivement. Rappelons que M. Paradis gagnait généralement par des marges confortables, mais qu’il avait quand même été chauffé par la CAQ (33 % à 32 %) en 2012.

La candidate de la CAQ dans Champlain, Sonia Lebel

Champlain : la CAQ bien en selle

Située juste à côté de Trois-Rivières, Champlain est une sorte de baromètre qui a changé de mains régulièrement depuis les années 70, et qui semble en voie de changer de nouveau. La candidate vedette de la CAQ Sonia Lebel, ex-procureure de la commission Charbonneau, y recueille 44 % de la faveur populaire, loin devant le député libéral sortant Pierre-Michel Auger (23 %) et les candidats péquiste (19 %) et solidaire (9,5 %). Notons à cet égard que M. Auger s’était fait élire une première fois dans Champlain en 2007 sous la bannière adéquiste, avant de passer chez les libéraux… pour être ensuite battu par la péquiste Noëlla Champagne en 2008. Il a repris le siège en 2014 avec le PLQ. Ce sondage Mainstreet a été réalisé le 20 août auprès de 646 personnes ; sa marge d’erreur est de ± 3,8 % 19 fois sur 20.

Le candidat libéral dans Dubuc, Serge Simard

Dubuc : ex-bastion péquiste

Longtemps une forteresse péquiste inexpugnable, la circonscription saguenéenne a élu le libéral Serge Simard deux fois au cours des trois derniers scrutins et pourrait bien passer à la CAQ cette fois-ci. Le caquiste François Tremblay détient une avance de 12 points sur M. Simard, à 40 % contre 28 % des intentions de vote, selon une enquête Mainstreet menée le 18 août auprès de 567 personnes (marge d’erreur : ± 4,1 % 19 fois sur 20). Fait à noter, si la tendance se maintient, le Parti québécois terminera troisième dans Dubuc, lui qui ne recueille que 20 % de la faveur populaire, une situation inimaginable il y a seulement quelques années. Québec solidaire ferme la marche, à 7 %.

Saint-François : une lutte serrée

Le vent caquiste souffle sur l’Estrie comme sur le reste de la province. D’après la firme Mainstreet, la caquiste Genevière Hébert, une femme d’affaire de Sherbrooke, récolterait 34 % des intentions de vote, contre 28 % pour son adversaire libéral Charles Poulin. Rappelons que Saint-François a élu surtout des libéraux depuis 30 ans, hormis un intermède péquiste en 2012-2014. Par ailleurs, parmi les 6 circonscriptions sondées par Mainstreet, c’est dans Saint-François que le Parti québécois s’en tire le mieux, avec 21 % d’appuis – mais ce n’est pas suffisant pour faire mieux que le troisième rang. Québec solidaire suit à 11 %. Ce sondage Mainstreet a été réalisé le 20 août auprès de 646 personnes ; sa marge d’erreur est de ± 3,8 % 19 fois sur 20.  

Avec Jean-François Cliche, Le Soleil