Le candidat controversé des libéraux dans Marquette, Enrico Ciccone

Sondage : Marquette à risque pour les libéraux

EXCLUSIF / Une majorité d’électeurs dans la circonscription de Marquette désapprouve le geste du chef libéral Philippe Couillard d’écarter le député François Ouimet comme candidat à l’élection au profit d’Enrico Ciccone, révèle un sondage Recherche Mainstreet commandé par le Groupe Capitales Médias.

L’enquête d’opinions réalisée les 17 et 18 août auprès d’un échantillon de 633 électeurs de la circonscription montréalaise indique que 64,4 % des personnes interrogées se sont dites « assez en désaccord » ou « fortement en désaccord » avec la décision du chef libéral Philippe Couillard de remplacer M. Ouimet par M. Ciccone en prévision du scrutin du 1er octobre.

M. Ouimet représente Marquette à l’Assemblée nationale depuis 1994. Il avait remporté la dernière élection générale en 2014 avec une majorité de 48 points de pourcentage.

Ça s’annonce d’ailleurs passablement plus difficile pour les libéraux cette fois-ci dans Marquette. Le coup de sonde note en outre que le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ), Marc Hétu, chauffe l’ex-hockeyeur libéral dans les intentions de vote. L’enquête indique que 35,4 % des personnes interrogées étaient décidées ou enclines à appuyer M. Ciccone lors de la période de sondage contre 30,9 % pour M. Hétu. La candidate du Parti québécois Carole Vincent aurait recueilli 12,2 % des suffrages.

Si des élections provinciales avaient eu lieu les 17 et 18 août, 37 % des personnes décidées et enclines dans la circonscription de Marquette auraient voté pour le Parti libéral contre 33,6 % pour la CAQ, soit une différence de 3,4 points de pourcentage. La marge d’erreur du sondage est de +/- 3,88 %, 19 fois sur 20.

Selon le vice-président de Recherche Mainstreet, Steve Pinkus, la circonscription de Marquette peut encore demeurer rouge, mais les libéraux devront mettre les bouchées doubles.

« Il va falloir qu’ils investissent beaucoup plus de ressources que ce à quoi ils s’attendaient pour une circonscription semblable », a prévenu M. Pinkus.

La tâche s’alourdit d’ailleurs pour les rouges en raison de la démission de tous les membres, sauf une personne, de l’exécutif de l’association libérale de Marquette en réaction à la décision de M. Couillard de monter la porte à M. Ouimet.

« Qui auront-ils comme bénévoles pour faire la campagne », s’est interrogé M. Pinkus, tout en concédant qu’il reste encore plus de 40 jours avant le vote. La conférence de presse émotive de M. Ouimet à la suite de l’annonce « a touché une corde » dans la population, a observé M. Pinkus. « Il y a eu un impact sérieux, et on le voit dans les chiffres. De voir que les libéraux sont passés d’une avance de 48 points à 3,4 points, c’est majeur », a tranché le vice-président de Recherche Mainstreet.

« La campagne débute officiellement dans quelques jours. Peut-être que les gens vont se calmer, peut-être qu’ils vont oublier, et ça se peut qu’ils reviennent aux libéraux », a indiqué M. Pinkus, constatant qu’un grand nombre d’électeurs libéraux mécontents se sont déplacés vers les indécis et la CAQ.