Parmi ses engagements pour le transport en commun, Québec solidaire prévoit le prolongement du transport en commun jusqu'à Limbour et Masson-Angers.

QS veut «changer la culture de transport» en Outaouais

Prolonger le Rapibus jusqu’à Limbour et Masson-Angers, réduire le prix de l’abonnement mensuel de la Société de transport de l’Outaouais (STO) à 49 $ et réaliser le train léger vers l’ouest de Gatineau bien avant 2028. Voilà comment les candidats de Québec solidaire (QS) proposent de « changer la culture de transport » dans la région.

Trois des cinq candidats régionaux de QS ont présenté leur plan de match en matière de transport, mardi, en faisant valoir que leur formation souhaite réduire de 48 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, par rapport niveau de 1990.

Pour l’Outaouais, le programme solidaire est « ambitieux », note le candidat dans Hull, Benoit Renaud, en soulignant que « 80 % de la population se déplace en voiture pour aller au travail ».

Pour remédier à la situation, QS s’engage à ce que le laissez-passer régulier de la STO passe de 97 $ à 49 $ par mois dès l’an prochain. Un gouvernement solidaire investirait aussi 970 millions $, au cours d’un premier mandat, « pour améliorer les infrastructures de transport collectif dans la région ». D’ici 2030, la STO recevrait 2,34 milliards $, estime le parti.

Ces investissements permettraient notamment de prolonger le Rapibus dans deux axes, jusque dans le secteur Masson-Angers et jusqu’au district de Limbour. 

La fréquence de passage des autobus serait aussi accrue, a noté la candidate solidaire dans Pontiac, Julia Wilkie, en déplorant n’avoir accès qu’à « un seul autobus par heure » pour se rendre de son domicile du secteur Aylmer au campus Félix-Leclerc du Cégep de l’Outaouais, dans le secteur Gatineau.

QS s’engage aussi à « octroyer le financement nécessaire au projet de train léger dans l’ouest dès la première année » du prochain mandat. Le parti veut aussi s’asseoir avec la Ville de Gatineau et la STO « afin d’écourter le temps des études et des travaux », jugeant que l’horizon actuel de 2028 est « beaucoup » trop loin.

Le candidat solidaire dans Gatineau, Milan Bernard, a pour sa part fait valoir que sa formation politique, bien qu’elle soit contre l’élargissement d’autoroute « seulement pour ajouter des voitures », souhaite que l’autoroute 50 soit élargie sur toute sa longueur « pour des questions de sécurité ».

L’ensemble de ces propositions visent à ce qu’« à terme », la « majorité de la population » choisisse de se déplacer en utilisant le transport collectif, a souligné M. Renaud.