André Fortin et sa femme Marlene Floyd célèbrent la victoire libérale dans la circonscription de Pontiac.

Pontiac: une victoire dans l’amertume pour André Fortin

Réélu dans Pontiac, André Fortin passera toutefois de la table du conseil des ministres aux bancs de l’opposition officielle.

Le jeune père de famille de 36 ans a sans surprise remporté aisément le vote de lundi soir dans sa circonscription, mais son parti, lui, a perdu le pouvoir.

Celui qui occupait le poste de ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports depuis un an au sein du gouvernement Couillard a recueilli 54 % des suffrages, soit une avance de 34 points de pourcentage sur la plus proche rivale, la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ), Olive Kamanyana. La candidate de Québec solidaire, Julia Wilkie, est arrivée troisième avec 10,5 % des votes tandis que la représentante du Parti québécois, Marie-Claire Nivolon, s’est classée 4e avec l’appui de seulement 5,5 % des électeurs.

M. Fortin entend défendre les priorités locales du Pontiac et régionales de l’Outaouais dans l’opposition à l’Assemblée nationale.

« Je peux vous garantir que vous entendrez parler de nos priorités locales. Vous entendrez parler des transports, vous entendrez parler du train léger ici à Aylmer, vous entendrez parler du manque criant de personnel en santé, vous entendrez parler du développement économique dans le Pontiac et vous entendrez parler des infrastructures sportives pour lesquelles j’ai fait la promotion durant toute la campagne », a lancé M. Fortin devant une centaine de militants libéraux réunis à la salle des Chevaliers de Colomb à Aylmer afin de regarder les résultats des élections provinciales.

Dans l’opposition, a précisé M. Fortin, le Parti libéral du Québec défendra les libertés individuelles, « peu importe d’où on vient, peu importe vos croyances religieuses, peu importe la langue que vous parlez ». Le député libéral de Pontiac dit qu’il se battra aussi pour la communauté agricole de la région.

Renouveau au PLQ

M. Fortin voit dans ce revers du Parti libéral du Québec un message des électeurs voulant qu’il y ait lieu d’avoir du renouveau au sein de la formation politique.

« Plusieurs nouveaux candidats du Parti libéral ont été élus. Il y a peut-être lieu d’avoir une nouvelle façon de communiquer avec les Québécois, d’avoir un nouveau message, et moi je ferai très certainement partie de ce renouveau-là. Mais j’ai toujours eu confiance au chef qui est en place », a observé M. Fortin.

Serait-il intéressé par une campagne au leadership si M. Couillard décidait de laisser sa place ? « Notre parti a réussi à se renouveler pendant 150 ans, et vous allez voir cela avec les nouveaux visages qui ont été élus. J’ai hâte de travailler avec ces nouveaux députés pour une nouvelle vision, une nouvelle voie à suivre et une nouvelle manière de communiquer avec les Québécois. Et je ferai partie de ce renouveau du parti pour des années à venir », a répondu M. Fortin.

André Fortin a été élu pour la première fois député de Pontiac au scrutin général d’avril 2014. Il avait remporté haut la main le vote, amassant 75,8 % des suffrages. Son plus proche rival à l’époque était Michel Mongeon de la CAQ. Ce dernier n’avait recueilli que 8,9 % des voix.