Une pancarte électorale du candidat Ali Dahan a été trouée par des projectiles lundi en fin de journée, près du parc Saint-Benoît, à Québec.

Pancarte électorale criblée de projectiles à Québec

Une des pancartes électorales d’un candidat indépendant a été criblée de balles de plastique à Sainte-Foy.

Ali Dahan, un candidat d’origine africaine dans Jean-Talon, a pris peur lorsqu’il a aperçu sa pancarte trouée par des projectiles lundi en fin de journée, près du parc Saint-Benoît, à Québec.

Lire aussi: Des pancartes de la CAQ vandalisées

«Oui, il y a du vandalisme un peu partout, sur les pancartes, mais là, c’est plus que ça. Est-ce qu’après, ça va être moi?» se demande le candidat, qui craint pour sa sécurité. 

La police de Québec confirme avoir ouvert une enquête sur cet incident, qu’elle traite comme un méfait. «On peut confirmer que ce sont des balles de plastique qui ont été utilisées, qui s’apparentent à une arme de type air soft [arme à air comprimé]», indique l’agente Mélanie Jobin. 

La police n’a pas de suspect dans la mire à l’heure actuelle, mais dit prendre l’affaire «au sérieux».

Candidat dans différentes campagnes électorales depuis 1997, Ali Dahan dit être secoué par un tel geste, du jamais-vu pour lui. «Je dois être plus prudent. Je vais continuer de faire du porte-à-porte, mais pas comme avant, parce que je commence à avoir un peu peur», raconte-t-il. 

D’autres de ses pancartes ont été arrachées tout près du Centre islamique de Québec, où un attentat a fait six morts en janvier 2017. M. Dahan ne veut pas faire de lien entre ce qui lui arrive et cet attentat, parce qu’il ne «voit pas d’animosité» ou de «racisme» dans la population en général. D’origine musulmane, M. Dahan est né à Djibouti et vit au Québec depuis 28 ans. Il restera tout de même sur ses gardes jusqu’au 1er octobre. 

En marge d’un point de presse mardi, son adversaire libéral dans Jean-Talon, Sébastien Proulx, a condamné ce geste. «C’est inacceptable», a-t-il lancé, visiblement secoué. Selon lui, il faut dénoncer ceux qui veulent «semer de la zizanie, de la peur», dans la présente campagne.

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.