Marysa Nadeau (droite), candidate du parti Québecois dans la circonscription de Hull, avec le candidat péquiste dans Papineau, Yves Destroismaisons.

Nadeau appuie l’idée des libéraux

Les candidats du Parti québécois (PQ) n’ont pas parlé du projet de modernisation de l’Hôpital de Hull en présentant leurs engagements régionaux parce qu’il ne s’agit pas d’« un sujet à promesse électorale », mais plutôt d’« une responsabilité gouvernementale », affirme la représentante de la formation dans Hull, Marysa Nadeau.

Lors de son passage à Gatineau dimanche, le chef du PQ, Jean-François Lisée, a trébuché lorsqu’est venu le temps, en entrevue avec Le Droit, de commenter la promesse de la Coalition avenir Québec de construire un nouvel hôpital et celle des libéraux de rénover celui de Hull. C’est finalement son attaché de presse qui a fait savoir que le PQ approuvait l’engagement libéral, tout en reconnaissant que contrairement à ce qu’avançait M. Lisée, aucun projet de la sorte n’est inscrit au Plan québécois des infrastructures (PQI).

Pour Marysa Nadeau, « les rénovations » nécessaires à l’Hôpital de Hull vont de soi, d’où l’absence d’une allusion à ce projet lors de la conférence de presse qu’ont tenue quatre candidats régionaux du PQ au début du mois pour présenter leurs engagements.

« Réparer ce qui coule et ce qui tombe, ce n’est pas un sujet à promesse électorale, c’est plutôt une responsabilité gouvernementale, a réagi Mme Nadeau. […] C’est ce que les libéraux ont annoncé en grande pompe comme si c’était la panacée pour régler tous les problèmes d’accès aux soins en Outaouais, [mais] ça reste de l’investissement dans les immobilisations. »

La candidate péquiste appuie donc le plan de modernisation du pavillon central de l’Hôpital de Hull, présenté il y a une dizaine de jours par les représentants régionaux du Parti libéral du Québec, « parce que c’est ça qui répond aux besoins ».

À l’instar des libéraux, le PQ ne sait pas encore combien un tel projet pourrait coûter au gouvernement, ni d’ici quand il pourrait se concrétiser. Chose certaine, un gouvernement péquiste inscrirait cette modernisation au PQI, assure Mme Nadeau.

Cette dernière affirme que Jean-François Lisée « a été informé » des enjeux régionaux avant sa visite, tout en soulignant que la confusion entre les hôpitaux de Hull et de Gatineau, ça peut arriver « à tout le monde ».

« Pour ce qui est du PQI, […] on a tellement laissé aller l’entretien et peu soutenu les besoins en immobilisations que oui, c’était assez surprenant pour M. Lisée que ce ne soit pas au PQI tellement c’est un besoin élémentaire. »