Luce Farrell (PLQ) détiendrait une mince avance sur Robert Bussière (CAQ) dans Gatineau.

Les libéraux en danger dans Gatineau

Rouge depuis 1962, la circonscription de Gatineau pourrait bien changer de couleur lors du scrutin du 1er octobre. Un écart d’à peine un demi-point de pourcentage sépare le Parti libéral du Québec (PLQ) de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans ce château fort, du jamais vu, révèle un sondage Recherche Mainstreet réalisé pour le compte du Groupe Capitales Médias.

Le récent coup de sonde donne une très infime avance aux libéraux, qui récoltent 35,8 % des intentions de vote, tandis que les caquistes les talonnent avec 35,2 %, après répartition des indécis. Québec solidaire s’empare de la troisième place avec 12,9 %, alors que le Parti québécois (PQ) doit se contenter de la faveur de 12,2 % des électeurs interrogés. Les autres partis récoltent 4,5 % des appuis. 

Rien ne semble donc encore joué dans cette circonscription qui était représentée depuis 2007 par la ministre de la Justice et responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, qui a annoncé l’hiver dernier son retrait de la vie politique après l’élection provinciale. 

Le PLQ mise sur l’attachée politique de Mme Vallée, Luce Farrell, pour succéder à Mme Vallée à l’Assemblée nationale. Son principal adversaire est l’ex-maire de La Pêche et ancien préfet de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, Robert Bussière, qui revêtit les couleurs de la CAQ. Les autres candidats dans la course sont Jonathan Carreiro-Benoit (PQ) et Milan Bernard (QS). 

Selon le vice-président de Mainstreet, Steve Pinkus, cette lutte chaudement disputée s’explique non seulement par la volonté du changement des électeurs, mais également par le fait qu’une ministre bien connue dans le milieu tire sa révérence et que Mme Farrell a une moins grande notoriété auprès de la population.

« Les résultats correspondent bien avec ce qu’on voit dans d’autres circonscriptions où des ministres quittent, par exemple Julie Boulet dans Laviolette-Saint-Maurice (un sondage de Mainstreet accorde 39 % des intentions de vote à la CAQ). Oui, l’Outaouais a des racines libérales profondes, mais il y a déjà un bout de temps qu’on perçoit que la CAQ commence à percer dans la région. Ce n’est pas si étonnant que ça. [...] Le candidat caquiste est relativement plus connu, alors que la libérale travaillait un peu dans l’anonymat. Jusqu’à quel point ça peut avoir un impact sur le choix des gens ? Je ne le sais pas, mais oui, ça peut influencer les résultats », lance-t-il.

La plus forte proportion d’anglophones dans Gatineau (environ 19 %) est le principal facteur qui permet aux libéraux de s’accaparer une bonne part des intentions de vote, selon M. Pinkus. 

« Ç’a un impact, ça les aide, car ce serait pire s’il n’y avait pas un tel bassin d’anglophones. La CAQ fait des gains grâce aux électeurs francophones », renchérit-il.

L’heure de la mi-campagne n’ayant même pas encore sonné, M. Pinkus précise toutefois que rien n’est encore cristallisé et que le débat des chefs du 13 septembre pèsera lourd dans la balance. 

« C’est là que la vraie campagne va commencer, qu’il y aura forcément plus d’enjeux qui vont sortir, plutôt que des chicanes de personnalités. La bataille nationale va jouer pour beaucoup, les gens regardent ce qui se passe à l’échelle québécoise », affirme-t-il.  

Lors du scrutin de 2014, Stéphanie Vallée l’avait emporté avec 62 % des suffrages, devançant par 16 300 voix son plus proche rival. 

D’une superficie de 15 000 km2, la circonscription de Gatineau comprend entre autres le quartier Limbour à Gatineau, ainsi que de nombreuses municipalités des MRC des Collines-de-l’Outaouais et de la Vallée-de-la-Gatineau, telles que Cantley, Gracefield, Maniwaki et Val-des-Monts.

Le sondage Mainstreet a été réalisé les 4 et 5 septembre auprès de 662 personnes. Sa marge d’erreur est de +- 3,8 %. 

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Des données exclusives tous les jours, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.