Le chef de la Coalition avenir Québec et son candidat dans chapleau, Mathieu Lévesque

«Les gens en Outaouais veulent du changement»

Au lendemain de la publication d’un sondage plaçant le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) au coude à coude dans Chapleau, les candidats des deux partis se prononcent sur la campagne qui commence tout juste.

Jeudi matin, un sondage Recherche Mainstreet réalisé pour le compte du Groupe Capitales Médias nous apprenait que le PLQ détenait une mince avance de 1,4 point de pourcentage sur la CAQ dans Chapleau. Le député sortant et candidat du PLQ, Marc Carrière, ainsi que son adversaire de la CAQ, Mathieu Lévesque, ont indiqué au Droit qu’ils ne commentent pas les sondages.

Ce dernier semblait toutefois de bien bonne humeur lorsque questionné sur les résultats du coup de sonde. M. Lévesque indique que selon lui, les chiffres « traduisent ce qui se passe sur le terrain ».

« Les gens en Outaouais veulent du changement, je le sens. C’est ce qu’ils me disent quand je vais à leur rencontre, soutient le porte-couleurs de la CAQ. Il y a un désir de changement partout. C’est un grand vent qui souffle sur le Québec et qui souffle aussi en Outaouais. »

Mathieu Lévesque ajoute que les enjeux en santé préoccupent particulièrement la population de sa circonscription. Il prétend que les gens « sentent que les libéraux n’ont plus de solutions à proposer ».

Le député sortant est en partie d’accord avec le candidat de la CAQ. Il estime aussi que la santé sera le principal sujet de discussion d’ici le 1er octobre. Marc Carrière soutient par contre ne pas entendre le même discours que son adversaire lorsqu’il s’entretient avec les électeurs de Chapleau.

« Oui, on reçoit des plaintes, par exemple sur les temps d’attente à l’urgence, mais je reçois aussi beaucoup de commentaires de gens qui me disent qu’ils sont allés à l’urgence pédiatrique ou à la super-clinique et qui me disent que ç’a bien été. »

M. Carrière affirme que la campagne électorale ne lui apparaît pas bien différente, et ce, même si les sondages laissent présager une course serrée alors que le comté est représenté par un député du PLQ depuis sa création en 1981. Le député sortant se dit habitué de devoir défendre son bilan et ajoute qu’il est fier de ses réalisations.

« Je suis très optimiste. Beaucoup de choses ont été faites et il y a beaucoup de choses qu’on va proposer aux gens de Gatineau au cours des prochaines semaines, affirme le libéral. Dire qu’il ne reste pas des défis en santé, qu’il ne reste pas d’enjeux, ça serait se mettre la tête dans le sable [...], mais penser que ça va se régler dans un claquement de doigts, c’est de la pensée magique. C’est un travail continu. »

+

AFFICHES RETIRÉES SUR LA RUE LAURIER : UNE ERREUR, CLAME LA CCN

Des affiches électorales installées durant la nuit ont été descendues de leur perchoir tôt jeudi matin sur la rue Laurier.

La Commission de la capitale nationale (CCN) se fait toutefois rassurante et soutient qu’une erreur de communication est à l’origine de la situation.

Dans un courriel, le gestionnaire principal des communications, Jean Wolff, explique que la CCN « avait omis de faire un rappel à son entrepreneur, chargé de l’entretien du mobilier urbain de ce tronçon ».

M. Wolff ajoute que « la CCN regrette l’incident et contactera les bureaux de campagnes en conséquence » et que les affiches décrochées leur seront rendues.

La CCN ne cherche donc pas à contredire Élections Québec qui avait statué en 2012 que la loi électorale québécoise prime sur les règlements de la Commission de la capitale nationale. Donc, la pose d’affiches sur les terrains de la CCN en milieu urbain est permise.

Élections Québec s’était prononcé après un conflit entre la CCN et Bill Clennett, alors candidat de Québec solidaire dans Hull. La société d’État avait retiré les pancartes installées par l’équipe de M. Clennett sous prétexte que les panneaux étaient interdits « afin de maintenir une qualité visuelle sur les terrains qui contribuent au caractère unique de la capitale ».