François Legault a assuré vendredi qu'il avait plutôt réagi en disant «ayoye» à une intervention que venait de faire Jean-François Lisée sur le plateau du débat de TVA, jeudi soir.

Legault se défend d'avoir dit «ta yeule» à Lisée pendant le débat

MONTRÉAL — Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, espère faire taire ceux qui le soupçonnent d'avoir balancé «ta yeule» à son rival du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, lors du débat de jeudi soir.

«C'est faux», a assuré le leader caquiste en mêlée de presse, vendredi après-midi.

L'échange qui a alimenté les spéculations sur les réseaux sociaux est survenu pendant un segment où les chefs de parti discutaient de la proposition de baisser les taxes scolaires.

«Les gens qui en ont besoin [d'une diminution de taxe] vont en avoir. Vos amis millionnaires, M. Legault, n'en auront pas avec nous», a lâché le chef Lisée sur le plateau du débat des chefs de TVA, jeudi soir

L'animateur de la joute oratoire, Pierre Bruneau, a ensuite donné la parole à la coporte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.

Mais avant de se pointer sur la femme politique, la caméra s'est arrêtée un moment sur le visage du leader de la CAQ.

On voit furtivement François Legault lever les yeux au ciel et prononcer quelque chose de difficilement audible, la mâchoire serrée et le visage crispé.

Mais il jure qu'il n'a pas alors sommé impoliment son rival péquiste de se taire.

«J'ai dit "ayoye", parce qu'il [Jean-François Lisée] parlait de taxes scolaires en disant que ça s'appliquait juste aux millionnaires», a-t-il expliqué en mêlée de presse à Montréal, vendredi après-midi.

«Or moi ce que je sais, c'est qu'il y a des personnes âgées qui ont une petite pension, qui ont une maison [...] et qui ont vu leurs taxes scolaires doubler depuis que les libéraux sont là», a-t-il poursuivi.

Le chef du PQ dit n'avoir «pas entendu» si son opposant a employé un langage aussi peu parlementaire, mais il a tout de même offert sa lecture personnelle des événements.

«Il y a plusieurs hypothèses, mais moi, j'ai l'impression qu'il a dit "Oyoyoye"», a-t-il offert en marge d'un point de presse avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Une onomatopée à laquelle le caquiste aurait eu recours pour concéder que «oyoye, elle est bonne celle-là, oyoyoye, il vient de me donner tout un jab, oyoyoye, je sais pas quoi répondre à ça», a analysé Jean-François Lisée.

«C'est mon interprétation. Maintenant, je pense qu'il faut faire analyser par des spécialistes de la lecture sur les lèvres cette section de débat, parce que je pense que c'est un point tournant de la campagne», a-t-il ironisé.

Et François Legault, lui, a par ailleurs fait peu de cas de ceux qui, comme le ministre sortant de la Santé, Gaétan Barrette, l'accusent d'avoir dit «ta yeule».

Le candidat libéral a écrit un gazouillis tôt vendredi matin, avec une vidéo de cet extrait du débat.

«Un "ta yeule" indigne de la fonction de PM. Après ça ce sera Fu** *** à la conférence des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre? Et quoi encore? Apte à diriger?» a écrit M. Barrette.

«Écoutez, Gaétan Barrette, là, je n'ai plus rien à commenter, a réagi François Legault. Je pense que tout le monde s'est fait une bonne idée... puis d'ailleurs, M. Couillard a essayé de le cacher.»

Avec Vicky Fragasso-Marquis

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.