Le PQ propose des changements au congé parental

NICOLET — Le Parti québécois (PQ) poursuit sa campagne de charme auprès des familles. Il propose maintenant de réformer l'assurance parentale pour accommoder le plus de parents possible.

Un gouvernement péquiste réformerait le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) pour la première fois depuis sa création, en 2006.

Selon le PQ, c'est une mesure à coût nul, puisque le régime est en surplus.

«Avec le niveau actuel de cotisation, on est tout à fait capables de répondre à ça», a indiqué Véronique Hivon, la vice-chef du Parti québécois, qui accompagnait le chef Jean-François Lisée lors de sa conférence de presse à Nicolet, dans le Centre-du-Québec.

«Le choix, c'était de réduire les cotisations ou de les maintenir en bonifiant le programme. Notre réflexe, c'est de bonifier le programme», a ajouté M. Lisée.

Le PQ voudrait notamment permettre aux parents d'utiliser 20 jours ouvrables à n'importe quel moment de la vie de leur enfant, jusqu'à ce qu'il aille à la maternelle.

Le PQ a également l'intention d'ajouter deux semaines au congé de paternité, pour qu'il passe de cinq à sept semaines.

«Les pères au Québec prennent maintenant à plus de 80 pour cent le congé de paternité, alors qu'avant l'instauration du congé parental, c'était moins de 10 pour cent», a déclaré la vice-chef du PQ, Véronique Hivon, qui accompagnait le chef lors de sa conférence de presse à Nicolet.

«On veut continuer à bâtir une société égalitaire et c'est une manière d'y participer.»

Un gouvernement péquiste permettrait par ailleurs aux parents adoptifs de bénéficier du même nombre de congés que les parents biologiques, qui ont actuellement 18 semaines de plus.

«C'est une différence qui n'a pas lieu d'être. Les études montrent à quel point le lien d'attachement est un facteur extraordinairement important dans les premières années de vie d'un enfant adopté quand il arrive ici», a soutenu Mme Hivon.

Projet de loi libéral

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard avait présenté des propositions semblables avec son projet de loi 174, qui prévoyait notamment une banque de congés de 10 jours pour les parents d'enfants âgés de trois ans et moins. Les libéraux promettaient aussi plus de flexibilité dans l'étalement des congés parentaux.

Pour y avoir accès, les travailleurs devaient toutefois conclure une entente avec leur employeur, sans quoi le régime de base s'imposerait.

Ce projet de loi est toutefois mort au feuilleton avec la dissolution de l'Assemblée nationale.

Selon Mme Hivon, les propositions du PQ sont plus concrètes.

«Ce n'était que de bonnes intentions pour le gouvernement libéral, parce que ça devait nécessiter des négociations et un accord des employeurs pour que les gens puissent les prendre», a-t-elle souligné.

«Pour nous, c'est vraiment intégré dans le régime.»

Le chef libéral et premier ministre sortant, Philippe Couillard, a promis de rappeler son projet de loi s'il est réélu, et de le bonifier au besoin.

«Il y aura comme dans tout projet de loi un débat parlementaire et une commission parlementaire et on recevra avec intérêt les suggestions des autres formations politiques», a-t-il déclaré à Rivière-du-Loup.

«Cependant, l'objectif c'est de réaliser ces améliorations sans augmenter les cotisations pour les travailleurs et les employeurs.»

Le chef Jean-François Lisée a passé une partie de la journée en Mauricie et dans le Centre-du-Québec.

Il se dirigera ensuite à Sherbrooke, où un rassemblement partisan est prévu en soirée avec les candidats de la région.

+

LE PQ EXCLUT UN CANDIDAT POUR DES PROPOS ISLAMOPHOBES

NICOLET — Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a exclu mercredi matin Pierre Marcotte, qui devait se présenter sous les couleurs du parti dans Drummond-Bois-Francs.

Le leader péquiste s'est dit «dégoûté» par les propos islamophobes qui apparaissent sur la page Facebook de M. Marcotte.

«Nous sommes en désaccord fondamental avec certaines de ses opinions, de ses écrits. Nous considérons que l'islam est une religion aussi respectable que les autres», a déclaré M. Lisée, visiblement irrité par la tournure des événements.

«Il y a quelqu'un qui n'a pas fait son travail au cours des six derniers jours», a-t-il ajouté, précisant qu'il avait reçu les excuses du directeur général du parti, Alain Lupien.

Le chef péquiste a précisé plus tard dans la journée que lui et son équipe avaient lu les messages de M. Marcotte la nuit dernière, et qu'ils l'avaient contacté ensuite pour l'informer qu'il ne pouvait pas être candidat.

Pierre Marcotte

Le blogue xaviercamus.com, qui avait aussi contribué au retrait de l'ex-candidate péquiste Muguette Paillé, a présenté plusieurs captures d'écran de messages islamophobes rédigés par M. Marcotte.

Selon ces captures d'écran, en 2015, il demandait d'interdire l'islam «comme les pitbulls et les carabines tronçonnées» et il recommandait également «d'obliger à manger quelques bonnes tranches de bacon» aux nouveaux arrivants.

Après vérification de La Presse canadienne, en avril dernier, M. Marcotte avait écrit que Québec solidaire «était infiltré par des islamistes». En novembre dernier, il semblait comparer les musulmans à des «bêtes».

Il a aussi comparé la burqa à un «accoutrement digne de films d'horreur».

M. Marcotte n'était toutefois pas un candidat officiel du parti. Selon les statuts du PQ, lorsqu'une seule personne se présente à l'investiture d'une circonscription, le conseil exécutif de celle-ci doit se réunir pour confirmer sa candidature, ce qui n'a pas été fait.

Toutefois, la page Facebook du PQ de Drummond-Bois-Francs annonçait mercredi soir un événement «pour présenter notre candidat, Pierre Marcotte» et inaugurer son local électoral.

Pierre Marcotte semblait avoir supprimé sa page Facebook en début d'après-midi, mercredi. En entrevue avec le journal local «L'Express», M. Marcotte a dit s'être «moqué gentiment» de la religion.

«Il y a des choses que je dirais différemment. Je suis quelqu'un d'athée. J'ai de la misère quand je vois des gens faire des actes dégradants au nom de la religion», a-t-il soutenu en entrevue avec ce journal.

En mai dernier, Muguette Paillé avait dû retirer sa candidature pour le PQ de la circonscription de Maskinongé.

Le même blogue avait rapporté que la militante avait formulé des déclarations agressives sur des forums de discussion xénophobes.