Les candidats Jonathan Carreiro-Benoit (Gatineau), Marysa Nadeau (Hull), Blake Ippersiel (Chapleau) et Yves Destroismaisons (Papineau)

Le PQ accuse les libéraux de manquer de «sérieux»

C’est en attaquant à maintes reprises ce qu’ils considèrent être un « manque de sérieux » des libéraux que quatre candidats péquistes de l’Outaouais se sont engagés à « établir l’équité interrégionale » en santé, à financer la création d’un campus unifié pour l’Université du Québec en Outaouais (UQO) et à élargir l’autoroute 50 sur toute sa longueur.

Jonathan Carreiro-Benoit (Gatineau), Yves Destroismaisons (Papineau), Blake Ippersiel (Chapleau) et Marysa Nadeau (Hull) ont présenté, mardi, les engagements régionaux du Parti québécois (PQ), qui mise notamment sur la santé et l’éducation.

En santé, le PQ insiste sur le « décloisonnement des professions » afin de laisser davantage de place aux divers professionnels de la santé, de même que sur l’ouverture des CLSC 12 heures par jour, sept jours sur sept.

« Pour que les gens aient accès à des services de première ligne, pour que l’urgence ne soit plus la seule porte d’entrée sur notre réseau de la santé, il faut que les établissements devenus des monstres administratifs et bureaucratiques retrouvent une dimension humaine de proximité », estime le candidat Yves Destroismaisons.

La CAQ écorchée
Ce dernier a aussi écorché une promesse caquiste en affirmant que le PQ ne s’engage pas « à construire l’hôpital de tous les miracles », arguant que « c’est trop facile et très peu sérieux comme solution ».

Tout en assurant que l’Outaouais aurait sa juste part du budget en santé sous le PQ, les candidats s’engagent à « poursuivre » le projet de réaménagement de l’unité de périnatalité de l’Hôpital de Gatineau afin de rapatrier les accouchements s’effectuant sur la rive ontarienne. Ce projet, annoncé par le PQ en 2014, a fait l’objet d’une nouvelle annonce par le Parti libéral du Québec (PLQ) l’hiver dernier et devrait se réaliser pour 2022.

En ce qui concerne le statut particulier octroyé au réseau régional de la santé par les libéraux en 2007, M. Destroismaisons a souligné qu’un gouvernement péquiste y associerait « un plan solide et détaillé des soins qu’il compte rapatrier de l’Ontario, avec un échéancier et un budget dédié », le tout dans le but que ce statut « devienne un statut honorable plutôt qu’un statu quo déplorable ».

Éducation
En éducation, les candidats ont dénoncé le « manque d’équité interrégionale », tant au niveau collégial qu’universitaire. « Il est temps que l’on se dote d’un réseau éducatif qui répond aux attentes de la quatrième plus grande ville du Québec », a souligné le candidat Blake Ippersiel en dénonçant, par exemple, que le PLQ ait fait « traîner le dossier » de campus unifié de l’UQO « pendant 15 ans ».

Juste avant le déclenchement de la campagne, les libéraux ont annoncé un investissement de 2,6 millions $ pour préparer ce projet évalué à 90 millions $. « On s’engage à ce que l’UQO ait son 90 millions $ », a souligné la candidate Marysa Nadeau, en promettant que les travaux seront « entamés » avant la fin de son mandat si elle est élue.

Le PQ veut aussi accroître l’offre de programmes postsecondaires, pour « mettre fin à l’exode de main-d’œuvre de l’ordre de 25 % des étudiants qui s’expatrient en Ontario ».

En ce qui concerne l’élargissement à quatre voies de l’autoroute 50 pour en faire « une véritable autoroute » sur toute sa longueur, Jonathan Carrero-Benoit a indiqué qu’aucun échéancier n’est encore établi pour le PQ. Il s’engage toutefois à faire tout en son pouvoir, s’il est élu, pour lancer les études afin d’établir un calendrier et un budget de réalisation pour rendre l’autoroute « plus sécuritaire » et « en faire une porte d’entrée et de sortie tangible pour l’Outaouais aux niveaux économique et touristique ».

+

FACILITER L'INTÉGRATION DES IMMIGRANTS

Les candidats du Parti québécois (PQ) en Outaouais souhaitent faciliter l’intégration des immigrants sous diverses facettes, que ce soit au niveau de leur francisation ou encore de leur intégration sur le marché du travail. La candidate péquiste dans Hull, Marysa Nadeau, a souligné mardi que son travail d’enseignante en classe d’accueil lui a fait voir, au cours des cinq dernières années, toute la « richesse » que représente l’immigration, mais aussi de nombreuses difficultés vécues par les nouveaux arrivants.

« Je suis aussi témoin de drames et d’absurdités parce que nous ne sommes pas à la hauteur des engagements et des promesses que nous faisons à ces immigrants qui viennent s’installer ici », a-t-elle mentionné. Le PQ propose donc d’instaurer des services de francisation plus « flexibles », entre autres pour aider les immigrants devant concilier l’apprentissage du français avec leurs obligations familiales.

Mme Nadeau a aussi mentionné que le PQ créerait un « guichet unique de reconnaissance de diplômes acquis hors Québec » et améliorerait l’accès au marché du travail « avant même » l’arrivée des immigrants au pays, tout en proposant l’instauration du concept de curriculum vitae anonyme pour éviter la discrimination.

+

DÉCENTRALISER LE POUVOIR

Les régions méritent une plus grande autonomie, estiment les candidats du Parti québécois (PQ) en Outaouais. Candidat péquiste dans Gatineau, Jonathan Carreiro-Benoit a fait valoir, mardi, que sa formation politique prône une « décentralisation des pouvoirs » au profit des régions.

Une telle avenue passerait notamment par la création d’un poste de « sous-ministre régional afin d’assurer une ligne directe entre la région de l’Outaouais et le bureau du premier ministre », a-t-il mentionné.

Le PQ propose également de laisser chaque région choisir son « modèle de concertation régionale » afin de les rendre plus autonomes dans la gestion du budget qui leur est octroyé en matière de développement économique.