L'ex-président du conseil d’administration de l’ancien Centre de santé et de services sociaux de Gatineau, Bruno Bonneville, entouré des candidats de la CAQ dans Chapleau, Mathieu Lévesque, dans Hull, Rachel Bourdon, et dans Papineau, Mathieu Lacombe.

La CAQ va «sortir l’Outaouais du marasme», dit l'ancien président du CSSSG

C’est en tirant à boulets rouges sur le bilan et les engagements des libéraux pour l’Outaouais que l’ancien administrateur du réseau de la santé Bruno Bonneville a donné son appui, mercredi, à la Coalition avenir Québec (CAQ).

Ex-président du conseil d’administration de l’ancien Centre de santé et de services sociaux de Gatineau. Bruno Bonneville n’a pas mâché ses mots, mercredi, pour dire qu’à ses yeux, la CAQ «représente le meilleur espoir pour sortir l’Outaouais du marasme» qu’il associe aux libéraux.

«Ça n’a pas de bon sens, les libéraux ont trahi les citoyens de l’Outaouais, littéralement», a-t-il ajouté.

Tout en critiquant les compressions budgétaires subies au fil des ans dans le réseau de la santé, M. Bonneville s’en est pris à l’engagement des candidats libéraux de procéder à la modernisation du pavillon central de l’Hôpital de Hull.

«Ça non plus, ça n’a aucun bon sens, a-t-il lancé. C’est loufoque, [...] c’est ridicule. Cet hôpital-là est désuet, il y a des murs de béton ça d’épais, il est plein d’amiante. Chaque fois qu’on a travaillé là-dedans, ça a été un cauchemar. [...] Peinturez un dinosaure vert, ça va rester un dinosaure.»

L’Outaouais doit être en mesure de «rêver» et d’avoir «de l’ambition» pour son réseau de santé, a mentionné M. Bonneville, en dressant un parallèle avec les régions de Montréal et de Québec qui ont reçu «des milliards» pour bâtir de nouveaux centres universitaires de santé.

«Il n’y a rien pour l’Outaouais, s’insurge-t-il. Nous autres, il faudrait se contenter des restants de pots de peinture pour rénover notre vieille affaire? Ça n’a aucun bon sens. Il faut investir massivement dans l’Outaouais.»

La candidate de la CAQ dans Hull, Rachel Bourdon, a rappelé que son parti s’est engagé à construire un nouvel hôpital de 170 lits dans la région pour «commencer à y soigner dans cinq ans». Elle affirme que si la CAQ prend le pouvoir lundi prochain, le «bureau de projet» qui serait créé pour préparer cette construction sera «assez expéditif» afin d’établir «rapidement» les besoins en matière de services à offrir dans l’hôpital. 

Ce bureau serait aussi responsable de déterminer les coûts du projet et de trouver le site idéal pour accueillir l’hôpital.