Manon Massé etait de passage samedi à Montréal, dans la circonscription de Laurier-Dorion, pour porter main forte au candidat solidaire Andres Fontecilla.

La campagne sur la route: où les chefs se sont-ils promenés?

MONTRÉAL — Une campagne électorale représente l'occasion, pour les aspirants premiers ministres, d'aller à la rencontre de ceux qu'ils souhaitent convaincre. Jamais un chef de parti ne fait autant de route dans la province que pendant les semaines que dure une campagne.

La Presse canadienne s'est intéressée aux circonscriptions visitées par les quatre aspirants au poste de premier ministre : Philippe Couillard (Parti libéral du Québec), Jean-François Lisée (Parti québécois), François Legault (Coalition avenir Québec) et Manon Massé (Québec solidaire), en se basant uniquement sur leurs agendas publics transmis quotidiennement par courriel aux médias. Les visites imprévues ou qui n'ont pas été communiquées par l'agenda quotidien n'ont donc pas été comptabilisées, à l'exception des déplacements le lendemain de la tornade dévastatrice dans la région de Gatineau. L'agenda du co-porte-parole solidaire Gabriel Nadeau-Dubois et de la vice-cheffe péquiste Véronique Hivon n'ont pas été pris en compte non plus.

Au total, 97 circonscriptions ont été visitées par au moins l'un des trois chefs ou la porte-parole solidaire pendant la période étudiée, soit du 24 août au 26 septembre, inclusivement. Les quatre derniers jours de campagne n'ont pas été comptabilisés. François Legault s'est rendu dans 61 circonscriptions, Philippe Couillard en a vu 50, Jean-François Lisée, 57, et Manon Massé, 27. Le chef du Parti québécois est par ailleurs sorti du Québec pour aller à Ottawa à deux occasions au cours du mois de septembre.

Visites chez les chefs

Les têtes d'affiche des partis sont souvent considérées comme des victoires quasi assurées dans les circonscriptions qu'ils représentent et il existe en quelque sorte une règle non écrite voulant que les chefs ne fassent pas campagne dans la circonscription de leur adversaire.

François Legault ne s'est rendu qu'une seule fois dans sa circonscription, L'Assomption, et aucun autre chef ni la porte-parole solidaire n'y ont mis les pieds. Philippe Couillard est également le seul à s'être rendu dans sa circonscription, Roberval, où il est allé pas moins de trois fois.

La lutte PQ-QS se fait toutefois sentir dans le fief du chef péquiste et dans celui de la co-porte-parole solidaire. Québec solidaire a opposé à Jean-François Lisée un candidat vedette dans Rosemont, l'ex-journaliste Vincent Marissal. Ni le chef de la CAQ ni celui du PLQ ne s'est rendu dans Rosemont au cours de la période étudiée, mais M. Lisée et Mme Massé y ont effectué des présences quatre et cinq fois, respectivement.

La circonscription de Manon Massé, Sainte-Marie-Saint-Jacques, fut souvent visitée, tant par elle-même que par son rival péquiste Jean-François Lisée. Les deux autres chefs s'y sont également rendus, généralement pour y participer aux débats des chefs ou offrir des entrevues dans des médias. Au total, Mme Massé s'est rendue 14 fois dans sa circonscription et M. Lisée, 12 fois. La candidate péquiste dans Sainte-Marie-Saint-Jacques est Jennifer Drouin.

Les plus visitées

Outre Sainte-Marie-Saint-Jacques, c'est Westmount-Saint-Louis qui a reçu le plus de visites (20) par l'un des quatre aspirants au poste de premier ministre. C'est surtout Jean-François Lisée qui y a cumulé les présences, soit neuf, souvent pour y donner des entrevues à différents médias. Des événements au Palais des congrès de Montréal y ont aussi attiré les chefs. Philippe Couillard s'est rendu à cinq reprises dans la circonscription, Manon Massé, quatre fois, et François Legault, deux fois.

La circonscription de Taschereau, dans la région de Québec, a attiré l'un des quatre aspirants au poste de premier ministre 15 fois. Il faut dire qu'une chaude lutte se dispute dans la circonscription occupée par la péquiste Agnès Maltais depuis 1998. Mme Maltais a cédé sa place à la gestionnaire Diane Lavallée. Le PLQ y présente de son côté Florent Tanlet, qui avait chauffé Mme Maltais lors de la dernière élection. La CAQ propose la candidate Svetlana Solomykina. De son côté, la solidaire Catherine Dorion espère faire la première percée de son parti dans la région de la capitale. MM. Legault et Couillard de même que Mme Massé se sont rendus dans la circonscription à quatre occasions chacun, tandis que M. Lisée y a mis les pieds trois fois.

Les oubliées

Certaines circonscriptions n'avaient pas du tout reçu la visite d'un chef ou de la porte-parole solidaire à quelques jours de la fin de la campagne, toujours selon les agendas officiels rendus publics par les partis. Au total, 28 circonscriptions n'ont reçu aucun d'entre eux.

Les circonscriptions de La Pinière, Notre-Dame-de-Grâce et Robert-Baldwin, que défendent les ministres sortants Gaétan Barrette, Kathleen Weil et Carlos Leitao, n'ont été visitées par aucune des quatre têtes d'affiche. Même chose du côté de Rousseau, où se représente le péquiste Nicolas Marceau.

Autre circonscription oubliée: Saint-Jérôme, qui a notamment déjà été remportée par le caquiste Jacques Duchesneau et l'ex-chef péquiste Pierre Karl Péladeau. La CAQ y présente un candidat-vedette, l'économiste Youri Chassin.

La bataille de l'Abitibi

La région de l'Abitibi-Témiscamingue semble bien convoitée par les principaux partis, qui y ont multiplié les visites. Québec solidaire tente d'y faire une percée et a envoyé sa porte-parole Manon Massé deux fois dans Abitibi-Est et trois fois à Rouyn-Noranda-Témiscamingue. Philippe Couillard est allé deux fois dans Abitibi-Est et une fois dans Rouyn. Jean-François Lisée a visité chacune de ces deux circonscriptions à deux reprises, en plus de se rendre une fois dans Abitibi-Ouest. Ce dernier comté a aussi été visité une fois par François Legault, qui a aussi fait un saut dans Abitibi-Est.

Pointe-aux-Trembles

La CAQ et le PQ se livrent une chaude lutte dans Pointe-aux-Trembles, château fort péquiste ayant appartenu à l'ancien ministre Marcel Léger et plus récemment, à sa fille Nicole. L'ex-député péquiste Jean-Martin Aussant tentera de s'y faire élire, mais il devra pour ce faire avoir le dessus sur une adversaire de taille, celle qui assumait la tâche de mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles avant les élections, Chantal Rouleau, qui porte les couleurs de la CAQ. Les deux candidats ont été actifs dans leur circonscription, mais leur chef respectif ne les ont visitées qu'à une seule occasion chacun. Philippe Couillard et Manon Massé n'y ont pas mis les pieds.

Laval-des-Rapides

Depuis sa création en 1980, le comté de Laval-des-Rapides a toujours voté pour le parti qui a remporté l'élection, sans exception. On ne sera donc pas surpris d'apprendre que les chefs et la porte-parole solidaire s'y sont attardés au cours de la campagne. Philippe Couillard est allé trois fois dans cette circonscription où tente de se faire réélire le député libéral sortant Saul Polo. François Legault s'y est rendu à deux reprises, tandis que Jean-François Lisée et Manon Massé l'ont visitée une fois chacun.

Brome-Missisquoi

L'ancien château fort de Pierre Paradis, Brome-Missisquoi a aussi reçu son lot d'aspirants au poste de premier ministre. Philippe Couillard, François Legault et Manon Massé y sont allés chacun deux fois. Une bataille serrée semble se dessiner entre la candidate libérale Ingrid Marini, directrice de comptes corporatifs pour une entreprise de communications, et la caquiste Isabelle Charest, ex-médaillée olympique.

Trois-Rivières

Dans la circonscription de Trois-Rivières, MM. Legault, Lisée et Couillard ont chacun effectué deux visites et Manon Massé s'y est présentée une fois. Le Parti libéral, qui représente ce comté depuis 2003, pourrait cette fois-ci se faire chauffer par la CAQ. Le député libéral sortant, Jean-Denis Girard, se mesure au caquiste Jean Boulet, frère de la ministre Julie Boulet. Le PQ y présente Marie-Claude Camirand.

Jean-Talon

Le ministre sortant de l'Éducation, Sébastien Proulx, risque-t-il de perdre son poste aux mains de la caquiste Joëlle Boutin dans Jean-Talon? Une chose est certaine, François Legault a été très présent dans cette circonscription, avec quatre visites. À l'opposé, Philippe Couillard s'y est rendu une fois, selon son agenda public. Jean-François Lisée s'est présenté deux fois dans la circonscription, qui propose le candidat péquiste Sylvain Barrette.

Mercier

Si l'on se fie à son agenda public, Manon Massé n'a pas tenu d'événement dans la circonscription de Mercier, détenue par le solidaire Amir Khadir, qui ne se représente pas cette fois-ci. QS y présente cette fois la candidate Ruba Ghazal. Jean-François Lisée a toutefois été présent trois fois dans Mercier, où se présente la controversée candidate péquiste Michelle Blanc.

***

Méthodologie

La Presse canadienne a tenu compte des agendas publics des chefs et porte-parole de partis qui aspirent au poste de premier ministre. Les agendas sont partagés quotidiennement par courriel aux médias. Grâce aux adresses notées dans les itinéraires, notre équipe a pu relier les codes postaux aux circonscriptions associées. Cette information est disponible sur le site du directeur général des élections.

Les détails varient d'un parti à l'autre — le Parti québécois note la majorité des apparences médiatiques de son chef tandis que la Coalition avenir Québec, par exemple, s'en tient aux apparences publiques de François Legault. Nous avons donc décidé de compter la présence des chefs dans les comtés plutôt que le nombre d'événements tenus dans chaque circonscription.

Les amendements aux horaires qui ont été communiqués ont été pris en compte. Cependant, les arrêts imprévus ou qui n'ont pas été partagés par courriel n'ont pas été ajoutés à notre banque de données.

Avec des données de Shannon Pécourt et Mick Côté