Alexandre Iracà (PLQ) et Mathieu Lacombe (CAQ) se mènent une chaude lutte pour devenir le prochain député de Papineau.

Iracà en danger dans Papineau

Le siège du député sortant Alexandre Iracà est bien loin d’être acquis dans la circonscription de Papineau, alors que libéraux et caquistes sont au coude à coude, révèle un sondage Recherche Mainstreet réalisé pour le compte du Groupe Capitales Médias.

La bataille opposant M. Iracà à l’ex-chef d’antenne de TVA Gatineau-Ottawa Mathieu Lacombe s’annonce serrée alors que le Parti libéral du Québec (PLQ) obtient 31,7 % des intentions de vote, tandis que la Coalition avenir Québec (CAQ) suit non loin derrière avec 29,2 %, après répartition des indécis, selon le nouveau coup de sonde. Si des élections se tenaient aujourd’hui, le Parti québécois (PQ) terminerait au troisième rang dans la circonscription avec 18,7 % des votes, alors que Québec solidaire (QS) ferme la marche avec 11 %. Quant aux autres partis politiques en lice, ils décrochent la faveur des 9,4 % des électeurs, selon Mainstreet. 

Élu aisément lors de la dernière élection générale alors qu’il avait obtenu 50 % des suffrages, Alexandre Iracà serait donc en danger dans cette circonscription détenue sans interruption par les libéraux depuis 37 ans. 

« Ils sont tous les deux dans la marge d’erreur. C’est ce à quoi on s’attendait. Déjà, il y a quelques semaines, on avait sondé les gens pour un client privé et les données indiquaient que le combat serait serré. Ça se concrétise et ça suit la tendance provinciale. Le facteur principal, c’est la volonté de changement exprimée par l’électorat », note le vice-président de Mainstreet, Steve Pinkus. 

Ce dernier soutient qu’il reste encore un peu moins d’un mois à la campagne électorale et que tout peut arriver. Ces chiffres, dit-il, démontrent clairement que la circonscription pourrait autant être gagnée par le PLQ que par la CAQ. 

Les prévisions actuelles laissent entrevoir que la lutte pourrait être aussi chaude qu’en septembre 2012 dans Papineau, qui était alors passée à un cheveu de basculer dans le giron du PQ. Prenant la relève du libéral Norm MacMillan, M. Iracà avait obtenu son premier mandat en l’emportant par une très mince majorité de 167 voix face à son rival péquiste Jean-François Primeau.

À l’échelle provinciale, le plus récent sondage de Recherche Mainstreet révèle que la CAQ est toujours en tête des intentions de vote avec 31,8 %, un léger recul de 1,1 point de pourcentage, alors que le PLQ obtient 28,2 % grâce à une remontée de 1,6 point de pourcentage, après répartition des indécis. Le PQ suit avec 19,4 % (-0,9), alors que Québec solidaire est crédité de 15,5 % (+0,3) des intentions de vote. 

M. Pinkus soutient que dans un château fort libéral comme l’Outaouais comme partout ailleurs au Québec, les trois quarts de l’électorat qui affirment vouloir du changement auront un choix déterminant à faire dans l’isoloir le 1er octobre.

« À un moment donné, ils vont se rendre compte que la seule option pour avoir du changement, outre les libéraux, c’est la CAQ. Mais maintenant, ceci étant dit, est-ce que ça va se traduire en vote? Vont-ils choisir de faire confiance à la CAQ ou vont-ils retourner vers les libéraux? La campagne s’annonce intéressante. [...] Et il y a deux batailles qui se dessinent : celle entre le PLQ et la CAQ pour décider qui formera le gouvernement ; ainsi que celle entre le PQ et QS pour déterminer quel parti sera prédominant chez les souverainistes. On voit que les solidaires, qui mènent une bonne campagne et ne sont pas d’ennemis, augmentent légèrement de jour en jour alors que les péquistes ont de la difficulté à franchir la barre des 20 % », affirme-t-il. 

Le sondage Mainstreet a été réalisé le 29 août auprès de 612 personnes. Sa marge d’erreur est de +- 3,9 %.

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Des données exclusives tous les jours, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.