Immigration: le PLQ évite de s’engager sur la cible fixée par Labeaume

Le Parti libéral du Québec (PLQ) promet lui aussi d’en faire plus pour répondre à la demande du maire Régis Labeaume d’accueillir 5000 immigrants par année à Québec. Il a toutefois évité mardi de s’engager formellement à atteindre cette cible.

Après la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti québécois (PQ), qui ont proposé au cours des derniers jours des mesures pour faire passer de 3000 à 5000 le nombre d’immigrants qui s’installent dans la capitale chaque année, l’équipe libérale de la région de Québec s’est engagée en mêlée de presse à favoriser une plus grande contribution de l’immigration pour affronter les enjeux de pénurie de main-d’œuvre.

«Est-ce que j’ai besoin de fixer une cible? Non. Est-ce qu’on s’engage à faire davantage que ce que nous faisons maintenant? La réponse est oui», a déclaré le député de Jean-Talon et ministre responsable de la région de Québec sortant, Sébastien Proulx.

Quoi qu’en disent le PQ et la CAQ, il est difficile de s’engager à atteindre la cible précise de 5000 immigrants par année, selon le député de Charlesbourg, François Blais. 

«Moi, j’ai jamais compris comment ils peuvent le garantir. On ne parle pas de deux par quatre ou de briques, on parle d’être humains», a-t-il fait valoir, tout en rappelant que «partout, dans toutes les MRC, on nous en demande [des immigrants]».

Sébastien Proulx et François Blais jugent néanmoins la demande du maire Labeaume «réaliste».

Selon eux, les mesures proposées par le PLQ — miser sur l’intégration à l’emploi et à la francisation, faciliter l’accès des employeurs au recrutement international, développer une stratégie de rétention et d’attraction des travailleurs étrangers et favoriser l’intégration des nouveaux arrivants et des minorités visibles, entre autres —  rendront réalisable cet objectif.