La solidaire Catherine Dorion célèbre sa victoire dans Taschereau sous le regard de Sol Zanetti, victorieux dans Jean-Lesage.

Dorion et Zanetti concrétisent la percée de QS à Québec [VIDÉO]

Douze ans après sa fondation, Québec solidaire (QS) réussit une percée hors de Montréal, au cœur de la capitale. Catherine Dorion a largement devancé la compétition dans Taschereau. Sol Zanetti a eu plus chaud, mais a finalement enlevé la circonscription voisine de Jean-Lesage.

«Ça ne pouvait pas toujours ne pas arriver. […] On va brasser la cage solidement !» a lancé le professeur de philosophie qui venait de passer une soirée stressante. «On récolte aujourd’hui l’espoir qu’on a semé. [Québec], merci d’avoir surpris tout le monde et d’avoir viré ton “mystère” boutte pour boutte.»

L’artiste et auteure Catherine Dorion, elle, pleurait sa joie. «Je suis tellement pris par l’émotion que j’ai de la misère à vous donner des mots.»

L’annonce de son gain venait de soulever les nombreux militants de la région réunis dans le hall du pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec lundi soir. La salle de 850 places était bondée et plusieurs faisaient la file à l’extérieur dans l’espoir de s’y frayer une place.

Devant la foule galvanisée, elle a célébré. «La victoire va nous passer à travers le corps. Et savez-vous ce qui va se passer ? C’est qu’on va y prendre goût.»

«Je trouve ça extraordinaire qu’une artiste, une poète, qui fait de la politique à travers son art réussisse à faire ça dans notre milieu politique aujourd’hui… Je n’aurais pas pensé que les gens me feraient confiance à ce point-là au début de la campagne.»

«C’est une grande étape pour la ville de Québec. […] Le monde vont-tu comprendre qu’au centre-ville de Québec, il se passe de quoi, pis que c’est beau en maudit.»

À quoi impute-t-elle cette victoire décisive ? «C’est notre programme. […] Mais ce n’est pas juste ça, c’est le style. On peut retrouver la foi en l’avenir. Dire ça, ce n’est pas pelleter des nuages, dire ça ce n’est pas être irréaliste, ce n’est pas être un rêveur fini.»


« C’est notre programme. […] Mais ce n’est pas juste ça, c’est le style. On peut retrouver la foi en l’avenir. Dire ça ce n’est pas pelleter des nuages, dire ça ce n’est pas être irréaliste, ce n’est pas être un rêveur fini. »
Catherine Dorion, députée de Taschereau

C’est dans Taschereau que QS se vante d’avoir le plus de militants au Québec et où le parti aurait amassé le plus de dons. Le parti a d’ailleurs mis le paquet, faisant un maximum d’appels aux électeurs.

Élections Québec a crédité Catherine Dorion de plus de 40 % des voix (42,5%). Loin, loin, devant la caquiste Svetlana Solomykina (18,9%), la péquiste Diane Lavallée (17,7%) et le libéral Florent Tanlet (17,6%).

En avril 2014, la péquiste Agnès Maltais l’avait emporté avec 31,66%, tout juste devant le libéral Florent Tanlet arrêté à 30,40 %. Exactement 451 votes séparaient la gagnante de son rival.

Catherine Dorion d’Option nationale n’avait, elle, amassé que 4,21 % des voix, tandis que la candidate solidaire Marie-Ève Duchesne avait fait nettement mieux à 15,29 %. Les deux partis aujourd’hui fusionnés comptaient donc moins de 20% de partisans parmi les électeurs de Taschereau.

Sol Zanetti

Dans Jean-Lesage, Sol Zanetti a récolté 34,7 % des suffrages exprimés. Contre 32,4% pour Christiane Gamache de la CAQ. La candidate libérale «vedette» du Parti libéral du Québec, Gertrude Bourdon était à 17,9%. 

Scénario fort différent que celui de 2014 où le libéral André Drolet jouissait d’un appui massif lors du dernier scrutin. À 37,27%, il avait obtenu 4214 votes de plus que son plus proche rival, la caquiste Émilie Foster.

Sol Zanetti, chez Option nationale, avait rallié 2,5 % des citoyens de la circonscription, tandis que le solidaire Sébastien Bouchard avait obtenu 11,60 %. Le total des deux : 14,1 %.

À LIRE AUSSI: Manon Massé continuera de parler d'environnement à Québec