Mélanie Pilon-Gauvin, Michel Tardif , Yves Destroismaisons, Alexandre Iracà et Mathieu Lacombe ont participé au débat dans Papineau.

Débat sans éclat dans Papineau

Les candidats dans la circonscription de Papineau ont croisé le fer, mercredi soir, dans le cadre du premier d’une série de cinq débats organisés dans la région par Équité Outaouais.

Alexandre Iracà (Parti libéral du Québec), Mathieu Lacombe (Coalition avenir Québec), Yves Destroismaisons (Parti québécois), Mélanie Pilon-Gauvin (Québec solidaire) et Michel Tardif (Parti vert du Québec) ont répondu présent à l’invitation lancée par l’organisation citoyenne non partisane.

La soirée s’est déroulée sans trop d’éclat, alors que les candidats ont surtout profité de l’occasion pour mettre à l’avant-plan les principales lignes de leur parti devant une soixantaine de personnes rassemblées à la salle communautaire de Thurso. Les aspirants députés ont pu aborder certains enjeux spécifiques à Papineau sous les thématiques de la santé, de l’éducation, de l’économie et de la justice sociale.

D’abord, en santé, le candidat caquiste a réitéré la promesse faite plus tôt en campagne par son chef François Legault concernant la construction d’un nouvel hôpital en Outaouais, si la CAQ est portée au pouvoir.

«Évidemment, il faudra mettre du personnel dans cet hôpital là. [...] Et comment on fait ça? Il faut compétitionner avec l’Ontario parce que si on ne le fait pas, on ne sera pas capable de régler le problème de main d’œuvre. [...] On envoie nos impôts à Québec et nos impôts ne nous reviennent pas. C’est ici, dans la région frontalière, qu’on donne le moins d’argent et ça, ce n’est pas acceptable. Si on avait cet argent, on pourrait payer notre personnel pour garder nos infirmières et nos médecins ici», a souligné M. Lacombe.

Par ailleurs, la réforme du système de santé du ministre Gaétan Barrette a également été écorchée lors des échanges. La réduction de services au CLSC de Val-des-Bois a notamment été soulevée. «On voudrait décentraliser les services qui ont été centralisés au niveau du ministère de la Santé et rouvrir les CLSC dans les communautés pour rapprocher la santé et les services sociaux des communautés. En Outaouais, on compte pour 4,7% de la population du Québec et je pense qu’on devrait aller chercher notre juste part au niveau des finances», a indiqué la candidate solidaire, Mme Pilon-Gauvin.

Yves Destroismaisons a affirmé pour sa part que «les CLSC ont été vidés de leurs ressources en santé mentale» sous le règne libéral. «Quand nous étions seulement un CLSC, nous n’avions pas de difficulté à recruter des psychologues. Depuis que nous sommes un CISSS, on n’arrive plus à recruter des psychologues. Comment ça se fait?», a-t-il mentionné.

En matière d’éducation, le sujet de la nouvelle école réclamée par la commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV), à L’Ange-Gardien, a été effleuré. En réponse à la question du président de la CSCV, Éric Antoine, sur la position des candidats face à ce dossier, Mathieu Lacombe s’est permis de décocher une flèche à l’endroit du député sortant, Alexandre Iracà, qui a convié la presse, mardi, pour promettre la construction de cet établissement primaire s’il est réélu le 1er octobre.

«Monsieur Antoine, je pense que vous pouvez être rassuré, votre projet d’école, je suis pas mal sûr qu’il va arriver. Je ne peux pas croire qu’un candidat ici ce soir va vous dire qu’il ne vous appuie pas là-dedans. Je pense que ça va de soi et que le rôle du prochain député sera notamment de vous appuyer pour que vous ayez cette école. [...] C’est l’évidence, on n’a pas besoin de conférence de presse pour dire aux gens qu’on va s’engager. C’est notre travail», a affirmé le candidat caquiste.

«J’ai organisé une conférence de presse avec le président (de la CSCV) et le maire de L’Ange-Gardien parce que je trouvais ça excessivement important d’annoncer mon appui publiquement», a rétorqué M. Iracà.

En ce qui concerne l’économie, le candidat du Parti vert, la candidate solidaire et le candidat du PQ ont souligné la volonté de leur parti d’augmenter le salaire minimum à 15$ de l’heure.

Alexandre Iracà a défendu son bilan et celui de son gouvernement en rappelant les sommes allouées ces dernières années à diffentes entreprises de la Petite-Nation, notamment pour Fortress et Planchers Lauzon.Le prochain débat organisé par Équité Outaouais est prévu ce soir au Centre La Basoche, dans le secteur Aylmer. Les aspirants députés de la circonscription de Pontiac auront la chance de se faire valoir. La semaine prochaine, ce sera au tour des candidats des comtés de Chapleau (10 septembre), Gatineau (11 septembre) et Hull (12 septembre) d’en découdre devant le public.