Lors d’un point de presse organisé devant l’hôpital de Papineau, le candidat caquiste Mathieu Lacombe (centre) a reproché à Philippe Couillard de se mettre «la tête dans le sable» et de faire preuve de «mépris» envers la population de l’Outaouais.

Couillard «vit sur une autre planète», dit Lacombe

Le candidat de la Coalition avenir Québec dans Papineau, Mathieu Lacombe, reproche au premier ministre sortant Philippe Couillard de faire de l’«aveuglement» et de «vivre sur une autre planète» en ce qui concerne l’état actuel du financement gouvernemental en Outaouais.

M. Lacombe a vivement réagi, vendredi, aux propos tenus la veille par le chef libéral qui était de passage dans la région. M. Couillard a profité de sa visite jeudi pour défendre le bilan de son gouvernement, lui qui s’est arrêté à Thurso et Wakefield durant la journée.

Lors d’un point de presse organisé devant l’hôpital de Papineau, à Buckingham, M. Lacombe a servi une volée de bois vert au premier ministre sortant, reprochant à celui-ci de se mettre «la tête dans le sable» et de faire preuve de «mépris» envers la population de l’Outaouais en prétendant que les iniquités en matière de financement en santé sont désormais chose du passé dans la région. M. Couillard a notamment indiqué, en entrevue avec Radio-Canada la veille, qu’aucun gouvernement ou formation politique n’avait fait autant pour la région depuis quatre ans.

«Il faut être assez effronté pour venir en Outaouais et nier ce sous-financement-là quand tout le monde s’entend pour dire qu’on manque d’argent en Outaouais, que nous n’avons pas les sommes auxquelles nous avons le droit», a déclaré M. Lacombe devant une poignée de journalistes, hier.

Pour appuyer ses dires, le candidat caquiste cite en exemple la lettre acheminée jeudi par le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, qui a interpellé les chefs des différents partis provinciaux afin que l’Outaouais reçoive «sa juste part des investissements gouvernementaux» dans les différents secteurs, notamment en santé et en éducation. M. Lacombe a également ramené à l’avant-plan les résultats de l’étude de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques publiée le mois dernier et dans laquelle on révélait que l’Outaouais souffrait d’un sous-financement récurrent à la fois en santé et en éducation postsecondaire, en comparaison avec les autres régions de la Belle Province.

«L’IRIS vient nous dire qu’il nous manque 250 millions de dollars par année en santé et M. Couillard vient nous dire que ce n’est pas vrai. Je pense que M. Couillard connaît très mal l’Outaouais», a indiqué le représentant de la CAQ dans Papineau.

Sans prendre d’engagement précis, M. Lacombe a mentionné qu’une députation caquiste à l’Assemblée nationale ferait mieux pour la région en matière de budgets alloués par le gouvernement. «On veut se battre pour réduire cet écart-là», a-t-il dit, en faisant référence aux données évoquées par l’IRIS.

«Ironique», peste le candidat du PQ

En réaction aux déclarations du chef libéral, le candidat du Parti québécois dans Papineau, Yves Destroismaisons, avance pour sa part que les chiffres livrés par le premier ministre sortant sont inexacts.

«Je trouve très ironique M. Couillard d’avoir affirmé ça. Quand il affirme que 300 millions ont été dépensés pour régler les problèmes d’iniquité, ce qu’il oublie de dire, c’est qu’il y a juste un peu moins de 16,5 millions qui ont atterri en Outaouais et ça, ça ne couvre même pas le déficit de départ de 20 millions (du CISSSO) et les coupures additionnelles de 10 à 12 millions qui ont été ajoutées», note M. Destroismaisons.

Le candidat péquiste martèle qu’une part de la solution pour améliorer le réseau de la santé passe par un rapatriement des budgets vers les régions pour redonner de l’autonomie aux établissements et par la proposition de son parti de «décloisonner les professions» afin d’élargir la porte d’entrée au réseau pour les patients.