Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault

Couillard et Legault donnent des précisions sur leur plan en immigration

MONTRÉAL — Le débat entourant les seuils d'immigration a continué d'être au coeur de la campagne électorale, mercredi, alors que les chefs du Parti libéral du Québec (PLQ) et de la Coalition avenir Québec (CAQ) ont précisé leurs intentions sur le nombre d'immigrants qu'ils comptent accueillir sous leur gouverne.

Après avoir évoqué une hausse éventuelle du nombre de nouveaux arrivants, le chef libéral Philippe Couillard a expliqué, en conférence de presse, qu'il ne voyait pas la nécessité de toucher à la fourchette de 50 500 à 54 500 qui figure actuellement dans la planification gouvernementale.

«C'est ma cible, et je n'ai pas d'argument actuellement pour, à court ou même moyen terme, changer cette cible», a-t-il dit, à la suite du dévoilement du cadre financier de la formation politique.

La fourchette de 50 500 à 54 500 immigrants se trouve dans la Planification de l'immigration pour les années 2017, 2018 et 2019. La province pourrait accueillir jusqu'à 53 000 nouveaux arrivants cette année, selon le document.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, qui propose d'abaisser temporairement à 40 000 le nombre de nouveaux arrivants, exhortait son adversaire libéral à dévoiler ses intentions avant le premier débat télévisé des chefs, jeudi soir.

Baisse temporaire des seuils pour la CAQ

M. Legault a lui aussi précisé ses intentions, mercredi, affirmant qu'il pourrait y avoir une hausse du seuil dès 2021. Le chef caquiste a insisté pour rappeler qu'il proposait seulement une baisse temporaire des seuils, afin, dit-il, d'améliorer l'intégration des immigrants.

«Ça va prendre deux, trois ans avant qu'on soit capables de réaugmenter. On va réaugmenter selon la capacité qu'on a de bien accueillir chaque immigrant», a-t-il expliqué depuis L'Assomption.

M. Legault a indiqué qu'un gouvernement caquiste augmenterait les seuils lorsque l'intégration au milieu du travail et la connaissance en français chez les immigrants seront jugées satisfaisantes.

«On va suivre les résultats. En ce moment, les libéraux ont pas eu de bons résultats depuis 15 ans. Moi, je pense qu'avec les efforts qu'on va faire, on devrait avoir des bons résultats dans deux, trois ans», a-t-il soutenu.

Plus tôt dans la campagne, le chef péquiste, Jean-François Lisée, a quant à lui évoqué une cible oscillant entre 35 000 et 40 000 nouveaux arrivants.

Décisions antiéconomiques, selon Couillard

Dans le cas de la CAQ et du PQ, M. Couillard a estimé qu'il s'agissait de décisions antiéconomiques dans le contexte de rareté de main-d'œuvre au Québec.

Avant d'augmenter les seuils, M. Couillard, dont le gouvernement avait proposé une cible de 60 000 immigrants en 2016, croit qu'il faut laisser le temps aux mesures de francisation et d'intégration déjà annoncées de se déployer complètement.

«Et à ce moment-là, on pourra reposer ces questions-là, a dit le chef libéral. Si on le fait imprudemment et qu'il n'y a pas d'intégration et de francisation, on ne rendra service à personne.»

En vue du scrutin du 1er octobre, M. Couillard a continué à lier l'économie et l'immigration, soulignant que le choix devait se faire entre ceux qui désirent se replier et ceux qui désirent maintenir les seuils actuels.

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.