Communautaire: n'eut été des 75 $ d'épicerie, on n'aurait pas parlé de pauvreté

MONTRÉAL — La déclaration du chef libéral Philippe Couillard évoquant la possibilité de nourrir une famille de trois personnes avec 75 $ par semaine aura certes eu le mérite de provoquer un débat sur le budget pour s'alimenter, mais les questions de pauvreté ont été trop peu abordées durant la campagne électorale et, surtout, pas de manière globale, avec des solutions à l'appui.

Plusieurs groupes communautaires qui travaillent dans la lutte contre la pauvreté et l'itinérance ont dénoncé, lundi au cours d'une conférence de presse, le peu de cas qui a été fait de ces questions durant la campagne électorale.

N'eut été de ce qu'ils ont appelé la «gaffe» du premier ministre sortant sur l'épicerie à 75 $ par semaine pour trois personnes, la question de la pauvreté et de ses conséquences aurait été peu abordée, ont dénoncé ces groupes.

Il faut des mesures mieux articulées, et non à la pièce, ont-ils plaidé. Les mesures doivent donc toucher le logement social, l'aide sociale, l'accès aux soins de santé, l'itinérance, la prévention, la judiciarisation, entre autres.

Et ces groupes réitèrent leur demande d'être mieux financés, puisqu'ils peinent à répondre à la demande.