Lui qui prévoit emménager en permanence à Gatineau, Mathieu Lévesque a affirmé que la santé sera le dossier principal auquel il compte s’attaquer dès son premier jour de travail.

Chapleau: Carrière délogé par Lévesque

Libérale sans arrêt depuis sa création il y a quatre décennies, la circonscription de Chapleau vient de basculer dans le camp caquiste avec la victoire de Mathieu Lévesque, qui a réussi à déloger le député sortant Marc Carrière, lequel était en poste depuis 2008.

Avocat en droit des affaires, Mathieu Lévesque a au final devancé son adversaire par plus de 2000 voix, récoltant 40 % des suffrages, alors que M. Carrière a obtenu la faveur de 33 % des électeurs.

Le candidat de Québec solidaire Alexandre Albert suit loin derrière avec 16 % des suffrages, reléguant le Parti québécois et son candidat Blake Ippersiel au quatrième rang avec 9 %.

Au resto-bar Le Forum, où étaient réunis les candidats de la Coalition avenir Québec en Outaouais, dont M. Lévesque, c’était l’euphorie.

« Mathieu, Mathieu, Mathieu » ont scandé les quelques dizaines de militants en faisant référence à la fois à Mathieu Lévesque (Chapleau) et à Mathieu Lacombe (Papineau), avant d’entonner en chœur la populaire chanson « Na Na Hey Hey Kiss Him Goodbye » pour faire un lien avec la déconfiture des libéraux.

« Tout au long de la campagne, je n’ai pris rien pour acquis parce que je savais que tout était possible, mais également je savais qu’il y a un fond très libéral. Alors j’ai mené une campagne de tous les instants, d’arrache-pied. J’étais sur le terrain très tôt le matin jusqu’à très tard en soirée. Il y a des gens qui m’ont vu jusqu’à cinq fois. Je pense que ça m’a bien aidé. Il y a évidemment eu une vague, mais il y avait aussi un fort désir de changement de la part des gens d’ici. Ils étaient tannés d’être pris pour acquis », a lancé le député nouvellement élu de 30 ans.

Lui qui prévoit emménager en permanence à Gatineau, il a affirmé que la santé sera le dossier principal auquel il compte s’attaquer dès son premier jour de travail, a-t-il dit.

À peine quelques kilomètres plus loin, la vingtaine de militants libéraux réunis pour Marc Carrière ont désenchanté dès les premières minutes de la soirée, les visages souriants se transformant en visages longs.

Le député défait, très ému, a avoué qu’il ne s’attendait pas à un revers, encore moins de façon aussi nette.

Marc Carrière était sans mots à la suite de sa défaite, lundi soir.

« Ce n’est pas le résultat auquel on s’attendait, on a travaillé très fort. Je suis un peu sans mots. On voit bien que c’est une vague qui a déferlé et on n’y a pas échappé. Le sort en est jeté », a-t-il confié, ajoutant quitter la tête bien haute et avoir apprécié que ses adversaires aient mené une campagne propre.

Lors du dernier scrutin en 2014, Marc Carrière l’avait emporté en obtenant 58 % des voix.