Le candidat libéral dans Chapleau, Marc Carrière, a pris l’engagement de doter la Maison de la culture de Gatineau d’une salle à géométrie variable.

Carrière s’engage envers la Maison de la culture

Le député libéral sortant de Chapleau, Marc Carrière, s’engage à ce que Québec finance une partie du projet d’aménagement d’une salle à géométrie variable de 400 à 600 places à la Maison de la culture de Gatineau s’il est réélu lundi prochain.

Le projet, dont les coûts sont de façon préliminaire évalués entre 10 et 15 millions $, permettrait que la salle Odyssée soit modulable selon le type de spectacle à l’affiche.

« C’est demandé par les producteurs, il y a des études qui sont en cours. L’engagement que je prends, c’est de pousser ce dossier-là lorsqu’il sera déposé. Quand on dit une salle à géométrie variable, c’est de l’adapter aux spectacles. Ça peut être un cabaret, une salle de production », a-t-il indiqué en point de presse vendredi, dans le dernier droit de la campagne électorale de 39 jours.

M. Carrière a aussi annoncé qu’il compte appuyer le projet d’aménagement d’un complexe aquaponique vertical caressé par les Serres urbaines Notre-Dame. L’initiative en agriculture s’avère une première à travers la province. Le système consiste à unir la culture maraîchère et l’élevage de poissons. Une trentaine d’emplois directs pourraient être créés.

« L’objectif, c’est de redynamiser le secteur Notre-Dame, qui en a bien besoin. Je les accompagne dans ce projet-là depuis le début », ajoute l’élu sortant, qui sollicite un quatrième mandat. 

Questionné à savoir s’il sentait que son siège était en péril, alors que le plus récent sondage Mainstreet lui accordait une faible avance de cinq points et demi sur la CAQ, le principal intéressé a dit « qu’il était très positif et ne commente jamais les sondages, qu’ils soient positifs ou moins positifs ». 

Marc Carrière ajoute être confiant que la députation de la région à l’Assemblée nationale demeurera libérale et ne s’est pas imaginé se retrouver dans l’opposition. 

« On a fait un travail remarquable, il reste des choses à faire et tous les cinq on veut continuer à travailler au service des citoyens de l’Outaouais. On est dans une course, je vais la mener jusqu’au bout. C’est la population qui décide, elle a toujours raison », lance-t-il.