Bilan des anciennes promesses libérales en Outaouais

Des cinq députés libéraux sortants en Outaouais, quatre sont dans la course pour garder leur siège à l’Assemblée nationale. La nouvelle venue, Luce Farrell, tentera de prendre la relève de Stéphanie Vallée dans Gatineau. Alors que les promesses se multiplient, Le Droit a fouillé dans ses archives pour retracer les déclarations et engagements faits par les libéraux de la région au cours des dernières années, que ce soit sous le règne péquiste (septembre 2012 à avril 2014) ou au cours du dernier mandat. Certains engagements ont été réalisés, d’autres sont en voie de l’être, mais il y en a aussi qui ne le sont pas du tout. En voici un aperçu.

NON RÉALISÉE 

Décembre 2012: Quelques mois après la prise du pouvoir par le Parti québécois (PQ), la députée libérale sortante et candidate dans Hull, Maryse Gaudreault, se disait prête à défendre les résidents de l’Outaouais qui souhaitent être remboursés en totalité pour les dépenses encourues lorsqu’ils consultent un médecin en Ontario. «Ça pourrait être intéressant, avait-elle dit. [...] Le remboursement total des coûts, c’est quelque chose qui devrait peut-être être instauré de façon transitoire, jusqu’à ce qu’on puisse offrir un médecin de famille à tout le monde. Je trouve ça très intéressant, je pourrais très bien faire cette bataille-là, et je trouve que c’est totalement acceptable de penser que la RAMQ, en attendant, puisse rembourser la totalité de coûts.» Aucune mesure de la sorte n’a été instaurée, ni par le PQ, ni par les libéraux. En juin dernier, Le Droit révélait que les patients de l’Outaouais qui pigent directement dans leurs poches pour obtenir des soins de santé en Ontario ont déboursé, en 2017, des sommes totalisant 1,55 million$ qui ne leur seront jamais remboursées par la Régie de l’assurance maladie du Québec, dont les versements sont calculés en fonction des tarifs en vigueur dans la Belle Province.

EN COURS DE RÉALISATION

Mars 2014: En pleine campagne électorale, le Parti libéral du Québec (PLQ) s’engage à créer une faculté satellite de médecine à l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Les libéraux indiquent à l’époque qu’une première cohorte de 24 étudiants pourrait y faire son entrée en septembre 2016. Finalement, cette date s’est avérée être celle de l’annonce officielle, par Philippe Couillard, de la création d’une telle faculté satellite de l’Université McGill. Selon les plans actuels, les 24 premiers étudiants y feront leur entrée à l’automne 2020. Les cours ne se donneront toutefois pas dans les locaux de l’UQO, mais bien dans un nouvel espace au-dessus de l’urgence de l’Hôpital de Gatineau. À l’époque où les libéraux croyaient que la faculté s’installerait à l’UQO, Maryse Gaudreault s’était engagée à financer la construction d’un pavillon des sciences de la santé de 12 millions$. Il avait aussi été question d’un pavillon des arts de 38 millions$ qui aurait abrité le Conservatoire de musique de l’Outaouais sur le campus universitaire. Quatre ans plus tard, le plan de match n’est plus le même, le projet de l’UQO étant plus ambitieux. On parle maintenant d’un pavillon recherche-innovation-santé dont les coûts sont évalués à 90 millions$. Juste avant le début de la présente campagne, le gouvernement libéral a annoncé l’octroi de 2,6 millions$ pour réaliser le «dossier d’opportunité» de ce projet, une étape qui doit précéder la préparation du «dossier d’affaires».

RÉALISÉE 

Mars 2014: La députée sortante de Hull, Maryse Gaudreault, avait indiqué vouloir appuyer la construction d’une école secondaire dans le secteur du Plateau pour répondre à la croissance démographique dans l’ouest de Gatineau. En août 2016, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, annonçait l’octroi de 80 millions$ à la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais pour la construction d’une nouvelle école primaire et de deux nouvelles écoles secondaires - une dans le secteur Aylmer, l’autre dans le Plateau. Il est actuellement prévu que ces deux écoles secondaires pourront accueillir leurs premiers élèves à l’automne 2020.

EN COURS DE RÉALISATION

Mars 2014: La députée libérale sortante Stéphanie Vallée, qui ne sollicite pas un nouveau mandat pour l’élection du 1er octobre prochain, affirme que la construction d’un nouveau centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) à Maniwaki est l’une de ses priorités. Elle accuse du même souffle le Parti québécois de n’avoir rien fait pendant ses 18 mois au pouvoir pour remplacer le Foyer Père-Guinard, qu’elle qualifie de «désuet». «À 13 ou 14 millions, ce n’est pas un montant exorbitant et ça permettrait de désengorger l’hôpital qui accueille des patients pour lesquels on n’a pas de place au CHSLD Foyer Père-Guinard, avait-elle mentionné. Il en coûte 400$ par jour pour garder un patient à l’hôpital, contre 200$ dans un CHSLD». À la suite de son élection en avril 2014, il aura fallu attendre plus de trois ans pour que le gouvernement libéral procède, en septembre 2017, à l’annonce de la construction d’un nouveau CHSLD à Maniwaki. Ce projet de 36 millions$, pour lequel aucune date d’ouverture n’a encore été évoquée, prévoit un centre comptant 100 lits, alors qu’il y en a actuellement 69 au Foyer Père-Guinard. Douze lits seront transférés d’un étage de l’Hôpital de Maniwaki, tandis qu’il y aura un ajout net de 19 places. Situé en zone inondable, le Foyer Père-Guinard avait dû être évacué lors des crues du printemps 2017.

NON RÉALISÉE

Mars 2014: Le candidat libéral et député sortant de Papineau, Alexandre Iracà, a promis que la clinique du CLSC de Saint-André-Avellin obtiendrait, au cours d’un premier mandat de son parti, un «statut officiel» d’urgence pour la rendre accessible à la population 12 heures par jour, sept jours sur sept. «Nous avons la population la plus vieillissante en Outaouais et c’est important pour les personnes âgées et les jeunes familles qu’elles puissent avoir accès à une urgence près de chez elles», avait-il déclaré. En septembre 2017, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, annonçait l’octroi de 940 000$ au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) pour réaliser cette promesse. «Le CLSC fournira désormais à ses patients une accessibilité de 84 heures par semaine, soit 12 heures chaque jour, de 8 h à 20 h», indiquait alors le communiqué gouvernemental. Rien ne tout cela ne s’est encore concrétisé. À l’heure actuelle, l’urgence de Saint-André-Avellin est ouverte seulement de 8h à 16h en semaine, et de 9h à 16h le samedi, pour un total hebdomadaire de 47 heures. Fin août, le CISSSO indiquait avoir les ressources infirmières et administratives nécessaires, mais n’a toujours pas déniché deux médecins pour permettre le prolongement des heures d’ouverture tel que promis.

RÉALISÉE

Mars 2014: Le député libéral sortant de Pontiac et ministre des Transports, André Fortin, en est à sa première campagne électorale lorsqu’il affirme que la première étape de la relance du développement économique de la circonscription passe par des améliorations à la route 148 entre la limite ouest de Gatineau et le tronçon à quatre voies, dans le secteur Luskville de la municipalité de Pontiac. «Les gens sont unanimes à réclamer des améliorations à la route 148, avait-il mentionné. Il est vrai qu’une grande partie de cette route-là est en bon état, mais le tronçon de douze kilomètres, du chemin Terry Fox jusqu’à la portion qui a quatre voies, a besoin de travaux majeurs. L’amélioration de la 148, c’est le début de la relance économique dans le Pontiac.» Le ministère des Transports confirme que des travaux de réfection de la chaussée de 1,3 million$ ont eu lieu en 2014-2015 entre «la courbe Breckenride» et le chemin Maple, tandis qu’une reconstruction de la chaussée a été réalisée pour 6,3 millions$, en 2017-2018, entre les chemins Terry-Fox et Maple.

RÉALISÉE

Lors de la campagne électorale du printemps 2014, la députée libérale sortante de Hull, Maryse Gaudreault, s’était engagée à ce qu’une superclinique voie le jour dans sa circonscription au cours du mandat qui vient de se terminer. Cette promesse est devenue une réalité en juillet 2017 avec l’ouverture de la superclinique Médigo, à l’angle des boulevards de la Cité-des-Jeunes et Saint-Raymond. Plus de 15 000 patients de la région y ont obtenu un médecin de famille. En tant que groupe de médecine familiale réseau (GMF-R), Médigo offre aussi un minimum annuel de 20 000 consultations sans rendez-vous ouvertes à toute la population.

NON RÉALISÉE

En même temps que son homologue de la circonscription de Hull, le député libéral sortant de Pontiac, André Fortin, avait indiqué vouloir travailler à la réalisation d’une superclinique dans le secteur Aylmer. Aucun projet de la sorte n’est sur la table à l’heure actuelle. Au tout début de la présente campagne, le Parti libéral du Québec s’est engagé à ajouter 25 supercliniques en province.

RÉALISÉE

Le député libéral sortant et candidat dans Papineau, Alexandre Iracà, avait promis lors de la campagne électorale de 2014 que l’agrandissement du Centre de formation professionnelle (CFP) Relais de la Lièvre-Seigneurie, dans le secteur de Buckingham, serait classé «prioritaire» si sa formation politique était portée au pouvoir. L’annonce de l’agrandissement d’une valeur de 3,3 millions$ a été faite en novembre 2014, tandis que l’inauguration a eu lieu en janvier 2017.

EN COURS DE RÉALISATION

De passage dans la région une dizaine de jours avant l’élection du 14 avril 2014, le chef libéral Philippe Couillard avait ouvert la porte à un élargissement à quatre voies de l’autoroute 50 sur toute sa longueur pour une question de sécurité. «Si c’est une question de sécurité des gens, on ne fera pas de compromis là-dessus», avait-il lancé. Le ministère des Transports a octroyé cet été le contrat de préparation des plans et devis pour l’élargissement d’un premier tronçon d’environ huit kilomètres à l’est de Gatineau, mais aucun échéancier n’est encore fixé pour les travaux de construction. Le gouvernement libéral a aussi annoncé, en juin dernier, l’élargissement d’un tronçon d’une vingtaine de kilomètres situé entre Lachute et Mirabel. Pour le reste du tracé, aucune annonce n’a encore été faite, mais l’«amélioration de l’autoroute 50» a été inscrite au Plan québécois des infrastructures.

EN COURS DE RÉALISATION / RÉALISÉE

Le député libéral sortant et candidat dans Chapleau, Marc Carrière, avait mentionné lors de la dernière campagne électorale qu’il souhaitait implanter un véritable centre mère-enfant à l’Hôpital de Gatineau et voir la création d’une urgence pédiatrique. Dans le cas du projet de réaménagement de l’unité de périnatalité de l’Hôpital de Gatineau pour y installer 32 chambres TARP (travail-accouchement-récupération-postpartum), une annonce avait été faite par le Parti québécois en 2014. Le projet a fait l’objet d’une nouvelle annonce par les libéraux l’hiver dernier. On évoque maintenant la fin des travaux pour 2022. En ce qui concerne l’urgence pédiatrique, elle a ouvert ses portes au printemps 2015, en face de l’Hôpital de Gatineau. À sa deuxième année, cette mini-urgence a reçu plus de 12 600 visites d’enfants de 0 à 17 ans.

EN COURS DE RÉALISATION

Lors de la campagne électorale de 2014, le député libéral sortant et candidat dans Papineau, Alexandre Iracà, s’était engagé à débloquer 30 millions$ pour le transfert de 55 lits de longue durée de l’Hôpital de Papineau au centre d’hébergement et de soins de longue durée Vallée-de-la-Lièvre. Il soutenait alors que le projet était «bien monté et bien ficelé depuis 2012», mais qu’il faisait «du surplace» depuis la prise du pouvoir par le Parti québécois. M. Iracà promettait donc qu’un gouvernement libéral «donnerait l’accord très rapidement pour débuter la construction». C’est finalement en mai dernier que l’annonce de la concrétisation de ce projet d’agrandissement a eu lieu. L’échéancier préliminaire prévoit que les travaux devraient être terminés en 2022.