La caquiste Geneviève Guilbault, à gauche, célébrant sa victoire dans Louis-Hébert.

Balayage caquiste à Québec: «M. Legault va avoir un beau problème!»

La Coalition avenir Québec (CAQ) a raflé 8 des 11 circonscriptions de la Capitale-Nationale. La candidate de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, qui avait appelé les électeurs à aller voter massivement, a été la première déclarée gagnante dans la région de Québec.

Mme Guilbault avait remporté l’automne dernier l’élection partielle dans une circonscription détenue par le Parti libéral du Québec. À ce moment-là, la CAQ était persuadée d’avoir enclenché la voie du changement. «Je suis extrêmement émue d’avoir été réélue ce soir, merci aux citoyens», a-t-elle déclaré quelques minutes après la confirmation de son élection. 

L’ancien bras droit de Régis Labeaume, Jonatan Julien, élu dans Charlesbourg devant le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale sortant François Blais, avait senti vers la fin de la campagne qu’il se passait quelque chose sur le terrain. «On va avoir la même rigueur au travail qu’on a mis pendant la campagne», a-t-il promis. 

Selon M. Julien, les élus de la région de Québec sont tous ministrables. «M. Legault va avoir un beau problème. Je pense qu’on est une équipe hyper compétente. Il va avoir des choix à faire, mais peu importe ses choix, ça va être les bons choix.»

Autre élu à avoir chassé un ancien membre du gouvernement libéral, Sylvain Lévesque, a remporté la victoire devant la ministre sortante déléguée au transport, Véronyque Tremblay dans Chauveau. 

Candidats défaits

Seulement trois candidats n’auront pas réussi à convaincre les électeurs de voter pour le futur gouvernement majoritaire : Joëlle Boutin, dans Jean-Talon, qui avait la lourde tache de déloger le ministre de l’Éducation sortant et responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx; Svetlana Solomykina dans Taschereau, château-­fort péquiste passé aux mains de Québec solidaire; et Christiane Gamache dans Jean-Lesage, qui a livré une chaude lutte à Sol Zanetti (QS). 

Malgré la défaite, Mme Gamache s’est dite très satisfaite de sa campagne. «Je suis contente de la campagne que j’ai menée. Il y a une certaine déception, mais nous avons un chef solide, un économiste qui va bien mener le Québec.»

À LIRE AUSSI: La chronique de François Bourque - Balayée par deux vagues