Le ministre responsable de la région de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, lors de l'annonce des investissements routiers du MTQ pour 2019-2021, lundi.

Élargissement de la 50: une pelletée de terre à la fin 2020

Les usagers de l’autoroute 50 devront attendre jusqu’à la fin 2020 avant d’assister au début des travaux d’élargissement du tronçon de sept kilomètres situé à l’est de Gatineau.

Alors que le ministère des Transports du Québec (MTQ) procédait lundi à l’annonce de ses investissements régionaux pour 2019-2021, le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a dû répondre à de nombreuses questions concernant l’avenir de l’autoroute 50.

Pour les deux prochaines années, une somme qui variera entre un et cinq millions de dollars sera investie pour l’«amélioration» de la 50 entre Gatineau et Mirabel, surtout pour des travaux de conception.

«À très courte échéance, ce qui sera le plus visible ici en Outaouais, ce sont les travaux dans le secteur Buckingham pour deux choses, donc évidemment l’élargissement […] et ensuite pour la sécurisation qui est toujours dans les cartons.»

Le directeur régional du MTQ, François Asselin, a indiqué que la première pelletée de terre pour les travaux d’élargissement sur sept kilomètres – entre les chemins Findlay et Doherty – devrait avoir lieu à la fin 2020.

Sécurisation

D’ici là, le ministère étudie toujours la possibilité d’installer une clôture pour séparer la chaussée dans les sections les plus «accidentogènes» de ce tronçon, une «solution originale» qui pourrait voir le jour dès l’été prochain.

«On aimerait que ce soit fait cet été, parce qu’après ça, la fenêtre d’opportunité, elle est pas mal moins intéressante, parce qu’à terme, l’autoroute va être élargie, a mentionné le ministre Lacombe. Donc, c’est en ce moment qu’on en a de besoin, mais en même temps, c’est quelque chose qui ne se fait pas au Québec, donc on veut s’assurer que ce soit sécuritaire, qu’on ne cause pas plus d’accidents.»

En ce qui concerne les travaux d’élargissement sur 66 autres kilomètres, M. Lacombe n’est toujours pas en mesure de fournir un échéancier ou une estimation des coûts. Il a rappelé qu’il s’est engagé à ce que ces deux éléments soient connus d’ici la fin du présent mandat, mais affirme qu’il n’a «pas envie d’attendre quatre ans».

Il reconnaît tout de même que les travaux prévus à l’heure actuelle ne sont pas le fruit du travail de la Coalition avenir Québec, qui avait pourtant promis d’avancer plus rapidement que les libéraux dans le dossier de l’élargissement de l’autoroute reliant l’Outaouais aux Laurentides.

«Il y a certaines barrières administratives en ce moment qui nous empêcheraient d’aller aussi vite qu’on le voudrait, mais ce n’est pas parce que c’est difficile qu’on ne le fera pas, a souligné le ministre. […] Très honnêtement, à ce stade-ci, ce serait difficile pour moi de vous convaincre qu’on a posé un geste concret qui démontre hors de tout doute qu’on est plus rapide.»

Investissements sur le réseau du MTQ

Sur les 160 millions que le ministère injectera dans son réseau régional d'ici 2021, la moitié (79,5 millions$) servira à «assurer des chaussées en bon état». Un montant de 48,3 millions sera consacré au maintien de «structures en bon état», tandis qu'une somme de 31,2 millions$ sera utilisée pour «assurer un réseau efficace et sécuritaire».

Parmi la liste des travaux présentée lundi se trouve notamment de l'asphaltage sur le boulevard Saint-Raymond à Gatineau (entre le boulevard des Allumettières et le chemin Pink). Du bitume frais sera aussi posé sur les routes 105, 117, 148, 301, 317, 321 et 366. Sur l'autoroute 50, des travaux d'asphaltage seront effectués dans les deux directions entre le boulevard Lorrain et la montée Mineault.