L'Halloween à Ottawa-Gatineau

Effrayante soirée et dents sucrées

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Au grand bonheur des anges, dragons, fantômes, princesses, squelettes, superhéros, vampires et autres personnages sortant de l'ordinaire - comme des hot-dogs ou les poneys -, les vestiges de l'ouragan Sandy n'étaient pas invités à la fête d'Halloween hier soir dans les rues de Gatineau et Ottawa.
Au contraire, dame Nature a offert une accalmie aux milliers d'enfants déambulant dans les quartiers en quête de succulentes friandises.
Certains ont beau dire que la célébration costumée du 31octobre est en perte de vitesse, c'est par plusieurs centaines qu'on pouvait compter enfants et parents lors du passage du Droit dans quelques rues du quartier du Plateau, dans le secteur Hull.
Gyrophares allumés, paramédics, pompiers et policiers avaient aussi répondu présent pour non seulement assurer la sécurité mais distribuer gommes à mâcher, suçons et barres de chocolat.
Déguisés ou non, plusieurs parents rencontrés avouaient retomber en enfance en suivant pas à pas leur progéniture. «Rien que d'apercevoir les sourires accrochés à leurs visages, ça vaut tout l'or du monde», s'est exclamé Jean-Philippe Daoust, papa d'Émilie. «Je vais compter mes bonbons avant de les manger», d'ajouter fièrement la fillette.
«Ils adorent passer l'Halloween, c'est une belle tradition de les voir enfiler leurs costumes et cogner aux portes», soutient Marc Gauvreau, père de deux garçons, Gilles et Robert, qui s'étaient déguisés pour l'occasion en Mario et Luigi.
Affirmant que la règle à l'effet que tout le monde doit rester ensemble est non négociable, Anne-Marie Martin n'a pas hésité à dire qu'Halloween peut être une fête moins onéreuse malgré son caractère de plus en plus commercial. «Ce sont des costumes faits maison. Je fais de la couture et on réutilise quelques pièces d'années antérieures», a-t-elle dit lorsque rencontrée sur la rue de la Gravité. «C'est une belle soirée, ça se fait dans le calme et dans la sécurité, c'est magnifique», a lancé une autre maman, Louise Migneault, dont la fille Marie-Hélène prévoit dévorer la totalité de son sac de bonbons d'ici Noël.
Avec leur résidence loin de passer inaperçue, avec son jeu de lumières et ses quelques décorations, le couple composé de Manon Martin et Jean-Pierre Des Becquets est sans contredit amoureux de l'Halloween. «On ouvre nos portes encore, même si nos propres enfants sont plus vieux, car ça amuse les jeunes et ça permet de sortir l'esprit enfantin qui mijote en nous», a déclaré l'homme, avant que sa conjointe renchérisse en disant qu'il s'agit de la plus belle fête de l'année, surpassant même la période des Fêtes.
Reconnu pour ouvrir toutes grandes ses portes, le couple est un incontournable dans le quartier en accueillant au minimum 450 bouts de choux. Le hic, c'est que le prix des friandises a augmenté en flèche ces dernières années. «Honnêtement, on en a moins acheté cette année, alors nous sommes moins généreux. On se limite donc à une friandise par enfant», soutient la dame.
Selon Statistique Canada, l'Halloween a généré des dépenses de 356 millions$ en bonbons et friandises en octobre 2011.