Le ministre de l'Éducation, qui inaugurait une école dans la région de Québec, ne craint pas pour la sécurité des enfants pendant cette vague de chaleur.

Vague de chaleur: Proulx fait confiance aux enseignants

Québec - Bien que la majorité des écoles du Québec ne soient pas climatisées, la ministre de l'Éducation Sébastien Proulx ne s'inquiète pas pour la sécurité des enfants qui doivent supporter la vague de chaleur actuelle. « Je fais confiance aux milieux, aux enseignants. »
Dans plusieurs écoles, des gestes ont été posés pour faire en sorte que les enfants soient relativement confortables. « J'ai parlé à des gens qui sont sortis à l'extérieur parce qu'il y avait de l'ombre, qui ont changé de local, qui ont changé leurs activités », relate le ministre en marge d'une annonce dans une école de la région de Québec.
Selon lui, les enseignants et les directions d'école sont sensibles à la chaleur et s'assurent que tous les enfants aient assez d'eau. Lundi et mardi, un million de petits Québécois ont eu des cours dans des classes où il faisait parfois très chaud et le ministre assure que « ça s'est bien passé ». 
« Il faut se rappeler qu'on est dans une situation qui est exceptionnelle. Une vague de chaleur comme ça à ce temps-ci de l'année, c'est pas commun », a-t-il souligné. Il n'est donc pas question pour lui d'enclencher une réflexion sur la climatisation de toutes les écoles. « Je ne peux pas mettre des climatiseurs aujourd'hui pour répondre à cette vague d'aujourd'hui. »
Le ministre Proulx soutient que de telles chaleurs sont, en temps normal, plus fréquentes en juin, alors que les élèves sont en période d'examens. « Je me souviens moi-même d'avoir eu le bras qui collait sur le pupitre. Ça nous est tous déjà arrivés. C'est une réalité avec laquelle on doit travailler. »
Dans certaines régions, comme en Outaouais, des commissions scolaires ont décidé de garder les écoles ouvertes, mais de ne pas comptabiliser les absences d'élèves. Le ministre Proulx ne compte pas donner de directives aux commissions scolaires sur la façon d'agir et dit soutenir les décisions locales. Il sert toutefois un avertissement aux parents. « Il faut se rappeler que dans certains cas, il fait pas moins chaud à la maison. »
À Québec, les commissions scolaires des Découvreurs et de la Capitale n'ont pas pris de mesures particulières pour faire face à la chaleur. Certaines écoles ont laissé les fenêtres ouvertes la nuit ou se sont servies de ventilateurs. 
La commission scolaire des Navigateurs, en Chaudière-Appalaches, a quant à elle envoyé une lettre aux écoles pour leur demander de prendre des pauses plus fréquentes, de rechercher les endroits ombragés, d'offrir un accès illimité aux abreuvoirs, d'utiliser des locaux situés au sous-sol et de diminuer l'intensité des activités physiques. Certaines équipes sportives scolaires ont annulé leurs entraînements en ce début de semaine.