Nycole Turmel laissera samedi la direction du NPD à un autre candidat.

«Une claque pour l'Outaouais», dénonce Turmel

La députée néo-démocrate de Hull-Aylmer, Nycole Turmel, déplore la perte pour l'Outaouais d'un groupe d'un douzaine de chercheurs, résultat de la décision du Conseil national recherche du Canada (CNRC) de les transférer du campus de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) vers ses installations du chemin de Montréal à Ottawa.
«C'est une claque pour l'Outaouais. C'est un manque de respect pour la population de l'Outaouais et le Québec», a déploré la députée Turmel. Non seulement nous perdons encore des emplois au profit d'Ottawa, mais la décision nous fait perdre un groupe élite de chercheurs reconnus internationalement dans le domaine des langues et qui ont mérité plusieurs prix. Ils avaient un impact important sur la dualité linguistique, l'enseignement et les entreprises de cette industrie en Outaouais», a-t-elle regretté en entrevue mercredi.
La députée Turmel a aussi appris que le Centre de recherche en technologies langagières situé sur le campus de l'UQO a également perdu des postes d'agent de commercialisation dans le cadre des compressions imposées par le gouvernement Harper, sans avoir pu en connaître le nombre. L'été dernier, le Centre avait aussi perdu les employés du Bureau de la traduction du gouvernement fédéral.
La députée Turmel a demandé une rencontre dans les plus brefs délais avec le ministre responsable du Québec, Christian Paradis.
Avec le départ des chercheurs, le Centre ne comptera plus que les professeurs et les micro-entreprises rattachées au secteur des langues.