Le président de l'AEFO Rémi Sabourin lors du débrayage, jeudi 13 février.
Le président de l'AEFO Rémi Sabourin lors du débrayage, jeudi 13 février.

Une autre ronde de négociations

TORONTO — L’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) et le gouvernement tenteront de nouveau d’obtenir une entente ce mercredi. Le ministère de l’Éducation aura aussi une négociation le même jour avec l’Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens (OECTA).

« En fait, l’AEFO, le gouvernement et le Conseil des associations d’employeurs (CAE) — représentant les 12 conseils scolaires de langue française — retournent à la table de négociation demain. (…) La grève du zèle demeure », a fait part la porte-parole de l’AEFO, Marilyne Guèvremont dans un échange de courriels avec ONFR+.

Des négociations qui interviendront deux jours avant la grande grève générale de ce vendredi. Les membres des quatre syndicats d’enseignants de la province seront en grève le 21 février.

« La liste des sites de piquetage n’est pas encore affichée et le sera d’ici le 20 février », a précisé Mme Guèvremont.

Pour la première journée de débrayage jeudi dernier, les membres de l’AEFO s’étaient déployés sur 90 piquets de grève à travers toute la province.

Du côté de l’OECTA, on parle de grèves tournantes à partir du 24 février si aucun accord n’est conclu avec le gouvernement à l’issue de la négociation de mercredi.

Pour lire l'article intégral de Sébastien Pierroz, visitez le site web d'#ONFR