À la rentrée, les écoles devront assigner à chaque classe un seul local dans lequel les élèves resteront toute la journée pour éviter les déplacements.
À la rentrée, les écoles devront assigner à chaque classe un seul local dans lequel les élèves resteront toute la journée pour éviter les déplacements.

Un retour en classe à demi temps pour certains élèves de Mont-Bleu

Le retour en classe physique se fera à demi temps pour les élèves de la 4e et 5e secondaire de l’école Mont-Bleu. À l’étroit au centre Asticou, ils devront continuer d’apprendre à distance 50 % du temps pour respecter les directives de santé publique, a annoncé jeudi le Centre de services scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSSPO).

Dans un courriel envoyé aux parents en matinée, la commission scolaire explique qu’à la rentrée, les écoles devront assigner à chaque classe un seul local dans lequel les élèves resteront toute la journée pour éviter les déplacements. Pour faire respecter cette mesure, le ministère québécois de l’Éducation projette « que les élèves de 4e et 5e secondaire pourraient fréquenter minimalement à 50 % du temps si la situation l’exigeait. »

« Les écoles secondaires de l’Île et des Lacs seront en mesure d’accueillir tous leurs élèves à temps plein », continue la missive. Dans le cas des élèves les plus vieux de l’École secondaire Mont-Bleu, « un horaire suivra pour les journées où ils seront à la maison. Ils bénéficieront alors d’un enseignement à distance structuré. »

Depuis les tornades qui ont sérieusement endommagé leur immeuble en 2018, les 1500 élèves de Mont-Bleu ont fait l’école au centre Asticou. Ils y retourneront une troisième année, le temps que la reconstruction se termine. « On est un peu plus serrés à Asticou qu’on l’était à Mont-Bleu, résume le directeur général adjoint du CSSPO, Stéphane Lacasse. Ce n’est pas encore défini si nos élèves de 4e et 5e secondaire viendront une journée sur deux, ou une semaine sur deux, ou si on choisira un autre modèle. Mais on doit avoir moins de groupes à l’école pour permettre d’assigner un local à chaque classe. »

Le centre Asticou

Conséquence du cloisonnement, les choix de cours pourraient être limités. Dans les matières qui comportent des prérequis pour le cégep, comme les mathématiques, l’établissement compte privilégier les cours préalables. « Mais par exemple, en musique et en arts, ce ne seront peut-être pas tous les ados qui auront leur choix. Par exemple, s’il y a 60 élèves dans deux groupes, et que 40 ont choisi les arts plastiques et 20 la musique, il y aura peut-être un groupe de musique et un groupe d’arts plastiques, mais 10 élèves devront aller en musique, illustre M. Lacasse. On va essayer de suivre les choix de la majorité. »

La Santé publique demande aussi aux établissements de subdiviser les classes en sous-groupes d’un maximum de six élèves, à l’intérieur desquels la distanciation physique ne sera pas imposée. Entre les sous-groupes, il faudra respecter un mètre de distance.

Grande-Rivière pourrait suivre le pas

Toujours dans la lettre envoyée aux parents, la commission scolaire indique que « l’École secondaire Grande-Rivière planifie recevoir tous les élèves, mais certains obstacles sont toujours présents. »

Le personnel de Grande-Rivière « est encore en train de voir s’ils peuvent accueillir tous les élèves de 4e et 5e secondaire en même temps, explique M. Lacasse. Ils regardent s’ils peuvent utiliser des locaux qui ne sont pas normalement des salles de classe, comme le local d’animation de la vie étudiante. Est-ce qu’ils vont y arriver ou pas ? On ne le sait pas. Ça se peut qu’ils puissent tous les accueillir, ça se peut que ce ne soit pas le cas ; on n’est pas encore en mesure de le confirmer. »

L’école Grande-Rivière compte 2000 élèves dans son édifice principal et 230 autres au pavillon de l’école primaire des Tournesols.