Le Groupe Média TFO s’est installé à La Cité, un endroit qui s’imposait par lui-même, du moins selon Glenn O’Farrell, Lise Bourgeois et Madeleine Meilleur.

TFO entre les murs de La Cité

Auparavant installé dans des bureaux du centre-ville de la capitale, le Groupe Média TFO vient de déménager ses pénates dans un lieu qui lui semblait tout naturel à Ottawa : La Cité.

« Nous avons développé cette idée, Lise Bourgeois (présidente-directrice générale de La Cité) et moi, il y a de cela huit ou neuf ans, de venir ici pour justement profiter de l’énergie et du dynamisme du campus, avec 5000 étudiants. En plus, il y a des programmes reliés à notre domaine. C’était un rêve qui avait plein de sens pour nous. Ç’a aura pris un peu de temps, mais voilà que ça se réalise et on en est enchantés », affirme le président et chef de la direction du diffuseur public, Glen O’Farrell.

Plusieurs dizaines de personnes ont pris part à l’inauguration des bureaux situés sur le campus de la promenade de l’Aviation, dont la députée d’Orléans Marie-France Lalonde et le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Carol Jolin.

Une douzaine d’employés œuvreront dans les locaux fraîchement aménagés où on retrouve entre autres un plateau de tournage moderne et des salles d’entrevue.

Il s’agit d’un investissement « de quelques centaines de milliers de dollars », a indiqué M. O’Farrell, précisant que de nombreux équipements ont simplement été déménagés d’une adresse à l’autre.

Un an après avoir sabré une vingtaine de postes en raison de contraintes budgétaires et six mois après le début du mouvement de résistance face aux coupures de services en français annoncées par le gouvernement Ford, le média se porte bien, assure le grand patron.

Glenn O Farrell, de TFO, Lise Bourgeois de La Cité, et Madeleine Meilleur

« Nous sommes conscients qu’on est chanceux parce qu’on peut continuer de faire ce qu’on adore, soit cette mission éducative francophone en milieu minoritaire. C’est multiplateforme. La dernière année, avec le nouveau gouvernement, on a vécu la même chose que l’ensemble de l’appareil provincial, c’est-à-dire des réductions des dépenses discrétionnaires. Mais là avec le nouveau budget, on a eu la bonne chance d’avoir un maintien de nos budgets d’année en année. Nous n’avons pas été augmentés, mais nous n’avons pas eu de réduction non plus. On ne tient rien pour acquis », dit-il, ajoutant que les événements des derniers mois en Ontario ont donné de l’énergie à ses troupes.

Le budget annuel du Groupe Média TFO s’élève à 29 millions $.

Alors que tous les médias sont en pleine transformation et sont confrontés à plusieurs défis, Glen O’Farrell, croit que seuls ceux qui sauront « faire preuve d’innovation de façon continue » pourront réussir et ultimement, survivre.

« Nous considérons que nous sommes une petite entreprise médiatique dans un environnement de grands joueurs, surtout étrangers. On compétitionne avec ces joueurs-là pour l’attention des parents, des enseignants, du public. Comme vous le savez, chaque matin, vous ouvrez votre téléphone ou votre dispositif mobile et un tsunami de contenu arrive de partout. Nous, on essaie de se forger une place dans tout ça ».

Le Groupe Média TFO produit des contenus éducatifs et culturels innovants dans la langue de Molière.

Il dessert deux millions d’étudiants et 135 000 enseignants partout en Ontario et ailleurs au Canada, exploitant entre autres les deux plus importantes chaînes YouTube éducatives en français au pays. Le groupe gère aussi ONFR+, une plateforme numérique traitant des nouvelles et des enjeux politiques et sociaux de la communauté franco-ontarienne.

TFO été fondé en 1987 et s’appelait à ses débuts La Chaîne Française.