La CSWQ n’a pas été en mesure d’indiquer combien de contribuables, depuis l’annonce du projet de loi, ont demandé à revenir dans le giron de la commission scolaire francophone de leur territoire.

Taxation scolaire: c’est «gagnant-gagnant», dit la CSWQ

L’éventuelle mise en place d’un taux de taxation scolaire unique en Outaouais satisfait la Commission scolaire Western Québec (CSWQ), vers laquelle se sont tournés plusieurs milliers de propriétaires fonciers sans enfant depuis quelques années.

Advenant l’adoption du projet de loi 166 déposé avant les Fêtes par le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx, c’est le taux de taxation de la CSWQ (0,13694 $ du 100 $ d’évaluation foncière, le plus bas de la région) qui deviendrait le taux uniformisé pour l’ensemble des contribuables de l’Outaouais.

« Nous sommes ravis de cette décision, car c’est une entente gagnant-gagnant pour tout le monde. Je veux complimenter les commissions scolaires francophones de la région, qui en quelque sorte ont donné un coup de pouce à la communauté anglophone à travers le Québec. Ailleurs, on observait la situation inverse, les taxes étaient plus élevées dans les commissions scolaires anglophones », a lancé le président James Shea.

La CSWQ n’a pas été en mesure d’indiquer combien de contribuables, depuis l’annonce du projet de loi, ont demandé à revenir dans le giron de la commission scolaire francophone de leur territoire. La Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) indique quant à elle qu’à ce jour, seules deux personnes ont signalé leur intention d’être de retour parmi ses payeurs de taxes. 

Rappelons que le projet de loi prévoit aussi une exemption de la taxe scolaire sur les premiers 25 000 $ de la valeur foncière de chaque propriété.