Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pas moins d'une soixantaine de points d'eau ont été condamnés ces dernières semaines dans cinq grandes écoles secondaires de Gatineau parce qu'on y a décelé une concentration de plomb dans l'eau qui surpassait la norme établie par Santé Canada, selon les informations recueillies par <em>Le Droit</em>.
Pas moins d'une soixantaine de points d'eau ont été condamnés ces dernières semaines dans cinq grandes écoles secondaires de Gatineau parce qu'on y a décelé une concentration de plomb dans l'eau qui surpassait la norme établie par Santé Canada, selon les informations recueillies par <em>Le Droit</em>.

Taux de plomb: 47 points d'eau condamnés dans deux écoles secondaires de Gatineau

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Pas moins d'une soixantaine de points d'eau ont été condamnés ces dernières semaines dans cinq grandes écoles secondaires de Gatineau parce qu'on y a décelé une concentration de plomb dans l'eau qui surpassait la norme établie par Santé Canada, selon les informations recueillies par Le Droit.

C'est de loin aux écoles polyvalentes de l'Érablière et Nicolas-Gatineau où le plus grand nombre de problématiques (76% du cumulatif parmi six établissements en sol gatinois) ont été décelées dans le cadre de ces tests exigés par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) à travers la province. La date butoir pour effectuer ces analyses était le 1er mars.

Au total, 24 points d'eau sur les 32 qui ont fait l'objet d'une analyse à l'école polyvalente de l'Érablière ont dû être fermés parce que le taux de plomb dépassait la nouvelle limite de 5 microgrammes par litre (µg/l). Le seuil était auparavant fixé à 10 µg/l. Du nombre, on retrouve entre autres 12 éviers et 10 fontaines où il était possible pour les gens de s'hydrater. Deux stations de remplissage ont aussi été condamnées.

Entre les murs de Nicolas-Gatineau, les échantillons prélevés à 23 endroits ont forcé l'école à fermer temporairement des points d'eau jusqu'à ce que les correctifs nécessaires aient été apportés.

Dans ces deux écoles secondaires, des affiches recommandant de faire couler l'eau durant une minute avant de la consommer ont également été installés à 23 points d'eau.

«Avant la semaine de relâche, les directions d’établissements ont envoyé une lettre à tous les parents afin de les aviser de la situation, selon les résultats obtenus. L’étape 1 était l’échantillonnage. L’étape 2 était de transmettre l’information aux directions et aux parents. L’étape 3 est d’attendre les consignes du ministère de l’Éducation. Nous n’avons donc pas encore d’échéancier précis afin d’effectuer les réparations et travaux nécessaires. Nous demeurons toutefois proactifs. Nous effectuons présentement des réparations simples aux endroits où il est possible de le faire. Nous élaborons aussi notre plan d’action pour les travaux de plus grande envergure», note le conseiller en communication par intérim du Centre de services scolaire des Draveurs (CSSD), Mathieu Daoust.

Au total, 24 points d'eau sur les 32 qui ont fait l'objet d'une analyse à l'école polyvalente de l'Érablière ont dû être fermés parce que le taux de plomb dépassait la nouvelle limite de 5 microgrammes par litre (µg/l).

Dans une moindre mesure, des points d'eau ont aussi dû être condamnés à l'école polyvalente Le Carrefour (7), à l'école secondaire de l'Île (5) ainsi qu'à l'école secondaire Grande-Rivière (3). À l'école secondaire du Versant, aucun des 41 points d'eau où un échantillon a été prélevé n'a dû être fermé. Idem à l'école secondaire des Lacs, à La Pêche.

«Nous travaillons avec les professionnels afin d’identifier les correctifs à apporter au réseau de distribution et spécifiquement aux points d’eau problématiques pour le respect des normes. [...] Pour l’école secondaire Mont-Bleu (Centre Asticou), les tests ont aussi été effectués et les mesures correctives sont apportées par les gestionnaires responsables du bâtiment (le gouvernement fédéral) pour le respect des normes», indique le Centre de services scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSSPO).

Au total, dans l'ensemble des écoles secondaires testées au CSSD et au CSSPO, il est demandé de ne consommer l'eau qu'après un écoulement de 60 secondes.

L'automne dernier, une première série de tests avait été menée dans l'ensemble des écoles primaires.

À LIRE AUSSI : Plomb dans l'eau des écoles: conformité et échecs en Outaouais

Le Centre de services scolaire au Coeur-des-Vallées (CSSCV) affirme avoir complété ses tests et compilé ses données, mais s'affaire d'abord à fournir les résultats aux parents et aux membres du personnel. 

Selon Québec, «l’exposition au plomb provenant de l’eau potable est faible et comporte en général peu de risques pour la santé, mais les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes (pour l’enfant à naître) sont toutefois plus sensibles aux effets du plomb que les adultes». 

«Les effets sur la santé d’une exposition au plomb pendant plusieurs années sont surtout de nature neurocomportementale, comme une diminution de la capacité d’apprentissage. Ils dépendent de la fréquence et de la durée de l’exposition, ainsi que de la concentration de plomb dans l’eau», dit-on.