Pour la cohorte de 2013, 65% des élèves de la région ont réussi à décrocher leur diplôme en un intervalle de cinq ans, alors que la moyenne provinciale s’établit à 68,2%.

Taux de diplomation au secondaire: l’Outaouais tire de l’arrière mais s’améliore

L’Outaouais a fait des progrès notables au fil des dernières années au chapitre du taux de diplomation dans le réseau secondaire public, mais continue d’accuser un retard par rapport au reste du Québec.

Pour la cohorte de 2013, 65% des élèves de la région ont réussi à décrocher leur diplôme en un intervalle de cinq ans, selon les plus récentes données publiées par le ministère de l’Éducation. La moyenne provinciale s’établit quant à elle à 68,2%.

Quand on décortique les statistiques des commissions scolaires francophones, c’est la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) qui s’en tire le mieux avec 68%, suivi de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) qui obtient 65,3%. Les écoliers de la Commission scolaire des Draveurs (CSD) et de la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais (CSHBO) ferment la marche avec respectivement 62,9% et 55,4%. Dans tous les cas, il s’agit d’une amélioration substantielle si l’on compare aux données d’il y a cinq ans, particulièrement à la CSHBO (+11,6 points).

Comme ailleurs dans la Belle Province, on observe encore un net écart entre le taux de diplomation chez les filles (72,1%) et les garçons (58,8%). À la CSHBO, on parle même d’une différence de près de 21 points de pourcentage entre les deux sexes pour la plus récente cohorte évaluée.

Quant au taux de diplomation et de qualification après sept ans, la palme de l’amélioration revient à la CSHBO, dont les chiffres sont passés de 58,7 à 68,8% entre 2016 et 2018. La CSD fait aussi belle figure avec une hausse de près de six points de pourcentage, une progression qu’a applaudie la commission scolaire dans les derniers jours, celle-ci rappelant qu’elle atteignait donc la cible fixée par le gouvernement provincial (76%) quatre ans avant l’échéancier de 2022.

«Je tiens à remercier l’ensemble des intervenants qui gravitent autour des élèves. Toutefois, le travail n’est pas terminé. C’est par des pratiques collaboratives, des interventions cohérentes et le soutien à l’enseignant que nous y parviendrons», a souligné la directrice générale de la CSD, Manon Dufour.

De son côté, la CSPO fait encore mieux (77,7%) mais a vu ses résultats chuter de quatre points ces deux dernières années.

À l’échelle régionale, la proportion d’élèves de la cohorte de 2011 ayant réussi à mettre la main sur un diplôme en sept ans se chiffre à 75,6%, soit en deçà de la moyenne québécoise pour le réseau public (78,6%). En Outaouais, près de 82% des filles l’ont fait, alors que c’est le cas de 70% des garçons.

+

TAUX DE DIPLOMATION ET DE QUALIFICATION DANS LES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES EN OUTAOUAIS

Après 5 ans

  • CSD: 62,9%
  • CSPO: 68%
  • CSCV: 65,3%
  • CSHBO: 55,4%

***

Après 7 ans

  • CSD: 76,1%
  • CSPO: 77,7%
  • CSCV: 71,3%
  • CSHBO: 68,8%

Source: ministère de l’Éducation du Québec (cohortes de 2011 et 2013)