Plus de la moitié des électeurs de deux circonscriptions d’Ottawa estiment que les coupes en éducation les rendent moins enclins à voter pour le Parti progressiste-conservateur en 2022, selon un sondage réalisé par la firme Strategic Communications pour le compte de la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO).

Sondage: les coupes en éducation loin de faire l’unanimité à Ottawa

Plus de la moitié des électeurs de deux circonscriptions d’Ottawa estiment que les coupes en éducation les rendent moins enclins à voter pour le Parti progressiste-conservateur en 2022, selon un sondage réalisé par la firme Strategic Communications pour le compte de la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO).

Au total, 59 % des gens interrogés se disent de cet avis dans Kanata-Carleton, alors que 53 % ont la même opinion dans Ottawa-Ouest-Nepean, selon le document obtenu par Le Droit. Cette proportion augmente jusqu’à 61 % lorsque les répondants sont des parents d’enfants d’âge scolaire. Dans les deux circonscriptions, une personne sur quatre (respectivement 24 et 25 %) affirme qu’au contraire, ces compressions ne l’empêcheront pas de voter pour les troupes de Doug Ford dans un peu plus de deux ans.

Dans les deux circonscriptions, entre 61 et 63 % des électeurs se disent fortement ou légèrement en désaccord avec l’intention du gouvernement Ford d’augmenter la taille des classes dans les écoles de la province. À l’inverse, 35 % des gens appuient l’idée en tout ou en partie.

Quant à l’imposition de cours en ligne pour les élèves du secondaire, les personnes sondées se disent contre une telle obligation dans une proportion variant entre 60 et 62 %. Dans Kanata-Carleton, 39 % des électeurs sont en faveur du concept, un pourcentage plus élevé que dans la circonscription voisine (28 %).

Invités à décrire leur appréciation du travail du gouvernement Ford, les électeurs sondés l’ont qualifié de « mauvais » dans une proportion variant entre 48 et 52 %, alors que de 16 à 23 % d’entre eux le jugent « correct ». De 12 à 14 % considèrent son travail « excellent ».

Concernant les députés progressistes-conservateurs des deux circonscriptions, Merrilee Fullerton et Jeremy Roberts, respectivement 20 et 22 % des gens jugent leur travail mauvais, alors qu’entre 35 et 46 % des gens le considèrent bon ou correct. Entre 27 et 37 % des électeurs ont cependant indiqué qu’ils ignorent quoi répondre à cette question.

Le sondage téléphonique a été mené du 14 au 18 janvier auprès de 305 personnes dans chacune des deux circonscriptions. Sa marge d’erreur est de ± 5,6 % 19 fois sur 20.