Six professeurs francophones récompensés

Quelque 450 personnes se sont réunies au Collège Algonquin, hier soir, alors que les enseignants d'Ottawa ont célébré leurs bons coups, dans le cadre de la 11e remise des Prix d'excellence en enseignement de la capitale, organisée par le Réseau d'Ottawa pour l'éducation.
Sur 17 distinctions, six ont été remises à des professeurs provenant du milieu de l'enseignement public francophone.
Professeur de musique et d'éducation physique à l'école élémentaire catholique George-Étienne-Cartier, Maurice Doucette est réputé pour établir un climat de confiance avec les enfants.
Ce Montréalais d'origine a adopté Ottawa en 1983, après y avoir fait ses études à l'Université d'Ottawa.
Marie-Josée Guindon, de l'École secondaire publique De La Salle, a trouvé sa vocation lorsqu'elle réoriente sa carrière vers le domaine de l'éducation spécialisée.
Elle travaille à l'intégration sociale de ses élèves avec des méthodes bien à elle, comme l'enseignement du yoga.
La psychologue clinicienne Judith Malette cumule les responsabilités au sein de l'Université Saint-Paul où elle enseigne depuis 11 ans.
Ses études touchent à divers domaines, dont l'imaginaire, la spiritualité, et elle s'intéresse aussi aux liens entre le yoga et la croissance psycho-spirituelle.
Auteur de plus de vingt volumes, dont certains ont été traduits en espagnol et en portugais, Marie-Thérèse Nadeau en est à son troisième mandat en tant que doyenne de la faculté de théologie au Collège Universitaire Dominicain.
Deborah Peloquin constitue un rouage important des succès que récolte l'Institut des sciences de la santé de La Cité collégiale, où elle enseigne depuis 14 ans. Sa « bonne humeur contagieuse » est notamment appréciée par ses élèves.
Enfin, les efforts de Chantale Rousseau, de l'École secondaire catholique Béatrice-Desloges, ont été récompensés.
Mme Rousseau a étroitement collaboré à mettre en place un programme novateur qui vient en aide à des élèves d'habiletés variées, provenant de différentes écoles et ayant des aspirations à intégrer le milieu des soins de santé.
Par ailleurs, l'école St. Gabriel s'est vu remettre le Prix de l'innovation, pour son usage avancé des technologies dans les salles de classe.