Mathieu Lacombe était de passage dans les locaux du CPE gatinois Au pays de Cornemuse.

Services de garde: un coup de pouce pour les familles

Près de 1700 nouvelles places subventionnées en service de garde seront créées au Québec, dont 156 en Outaouais, « là où il y a des besoins ». Ce développement devra se poursuivre au fil des ans même si le gouvernement prévoit ouvrir des classes de prématernelle pour les enfants de quatre ans, affirme le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe.

Le ministre Lacombe a annoncé lundi que le gouvernement créera 1691 nouvelles places subventionnées en installations, soit 1207 dans les centres de la petite enfance (CPE) et 484 dans des garderies subventionnées. Ces places seront réparties dans 11 régions différentes.

L’Outaouais reçoit 9 % de ces nouvelles places. L’annonce a d’ailleurs eu lieu dans les locaux du CPE gatinois Au pays de Cornemuse, qui vient d’obtenir l’aval du ministère pour ouvrir une nouvelle installation de 78 places. La directrice du CPE, Line Kelly, a fait savoir que ces places devraient être disponibles en 2020 dans le secteur du chemin Vanier, entre le boulevard des Allumettières et le chemin Pink.

Les autres places régionales ont été accordées au Centre éducatif La Passerelle (52 places), au CPE La Ribambelle (15 places), à la Garderie éducative Enfantastique (dix places) et à la garderie Petits créatifs (une place).

Mathieu Lacombe a souligné que malgré cet ajout de 170 places, les besoins ne sont « définitivement » pas tous comblés. « En ce moment au ministère de la Famille, il y a 13 000 places qui dorment sur une tablette, des projets qui datent parfois d’il y a dix ans », a-t-il mentionné. Pendant de temps, « plusieurs dizaines de milliers » de noms d’enfants se trouvent sur la liste d’attente centralisée dans l’espoir d’obtenir une place subventionnée.

Développement chirurgical

Le ministre note toutefois que le développement ne se fait plus « de façon sauvage » comme à une certaine époque. « On est vraiment dans un développement qui est rendu presque chirurgical, dit-il. On est capable de voir exactement où sont situées les poches où sont situés les besoins. Même à l’intérieur d’une région, on est capable de sous-catégoriser. »

En parallèle, le gouvernement planche sur son projet de créer des places de prématernelle pour les enfants de quatre ans. Tout en souhaitant « que tout le monde puisse envoyer son enfant dans un service de garde éducatif », M. Lacombe souligne que le déploiement de classes de prématernelle va générer « un déplacement de clientèle ». « Il y a des parents qui vont faire le choix d’envoyer leurs enfants à la prématernelle, ça va venir libérer des places subventionnées que […] de nouveaux enfants vont pouvoir occuper », a-t-il exposé.

Le défi est toutefois de taille dans une région comme l’Outaouais, où la croissance démographique génère déjà un manque d’espace dans plusieurs écoles. « Il faut construire, ça c’est clair », a mentionné le ministre Lacombe, en rappelant que le plan de match sera élaboré par son homologue à l’Éducation, Jean-François Roberge. « C’est certain qu’il y a un défi là, […], mais en même temps, nous, on fait le pari que c’est la meilleure chose, c’est le plus beau projet qu’on peut avoir. »