Selon la CSPO, 17% des familles des bassins de l’école des Tournesols et de la future école 035 verront leurs enfants fréquenter deux immeubles différents lors de la prochaine année scolaire.

Séparation des élèves: la CSPO garde le cap

« À moins d’une solution miracle », la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) n’a pas l’intention de modifier sa décision de séparer par cycles les élèves de l’école des Tournesols et ceux du bassin de la future école 035, dans le secteur Aylmer.

Malgré l’opposition farouche de plusieurs parents touchés par cette décision, la présidente de la CSPO, Johanne Légaré, maintient que la séparation par cycles des élèves est l’option qui touchera le plus faible pourcentage de familles ayant plus d’un enfant à l’école primaire.

Selon la CSPO, 17% des familles des bassins de l’école des Tournesols et de la future école 035 verront leurs enfants fréquenter deux immeubles différents lors de la prochaine année scolaire. Les deux immeubles feront partie de l’école des Tournesols, puisque l’école 035 obtiendra une identité distincte seulement lorsque son bassin comptera suffisamment d’élèves, soit d’ici trois à cinq ans.

Mme Légaré affirme que si l’immeuble 035 devenait immédiatement une école à part entière, il n’y aurait probablement qu’un seul groupe par niveau, ce qui occasionnerait « beaucoup de surplus ».

La présidente de la CSPO note par exemple qu’il y a actuellement 30 élèves devant faire leur entrée en maternelle l’automne prochain dans le bassin 035, alors qu’un groupe préscolaire ne peut compter que 19 ou 20 enfants. Juste pour la maternelle, il y aurait donc une dizaine d’enfants en surplus à envoyer dans d’autres écoles des environs.

Selon Mme Légaré, la création d’un deuxième immeuble pour l’école des Tournesols pendant quelques années se veut donc « la meilleure décision pour l’ensemble des élèves des deux bassins ». La présidente de la CSPO affirme qu’« à moins d’une solution miracle à laquelle [les commissaires] n’ont pas pensé », le plan de match ne changera pas.

Lettre au ministre

Une mère de famille qui s’oppose à la décision de la CSPO, Gabrielle Rivest, a choisi d’écrire au ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, pour lui faire part des inquiétudes partagées par des parents du secteur.

« Les commissaires disent que c’est un changement temporaire, mais malheureusement pour nos élèves qui sont déjà à l’école, cela représente toute leur petite vie au primaire puisque ce changement temporaire-là demeurerait en vigueur jusqu’à ce que le secteur présentement en construction ait suffisamment de familles dans les habitations pour fournir un nombre d’élèves adéquats dans l’école 035, a écrit Mme Rivest. Pour nous et nos enfants, cela représente un changement permanent puisque nos enfants seront déjà rendus au secondaire avant que l’école 035 soit à pleine capacité dans son secteur. C’est pour nos enfants et nos vies quotidiennes que nous nous battons présentement. »