Il y avait de la fébrilité dans l’air mardi alors qu’a retenti la cloche de la fin des vacances pour plus de 36 000 élèves des deux plus grosses commissions scolaires de l’Outaouais.

Rentrée scolaire pour 36 000 élèves de l’Outaouais

Il y avait de la fébrilité dans l’air mardi alors qu’a retenti la cloche de la fin des vacances pour plus de 36 000 élèves des deux plus grosses commissions scolaires de l’Outaouais.

C’était jour de rentrée scolaire pour les 18 500 écoliers de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO), où on observe une croissance de la clientèle de 4 % ; ainsi que pour les 17 800 élèves fréquentant les établissements de la Commission scolaire des Draveurs (CSD), où on dénote une hausse de 3 %.

Le retour en classe était plus singulier à Val-des-Monts, où une nouvelle école primaire attendue impatiemment depuis plusieurs années a ouvert ses portes. Au total, l’édifice sis au 2197, montée Paiement accueille 386 écoliers pour son inauguration, mais a une capacité avoisinant les 450 élèves. 

À la suite d’un vote des élèves et des parents, l’institution a été baptisée École du Sommet, en référence à sa situation géographique.

« Pour les élèves, ce nom ressortira l’importance de viser le sommet, c’est-à-dire le dépassement de soi ainsi que l’atteinte des objectifs », a souligné la CSD, précisant que trois autres propositions avaient été retenues (de la Cascade, des Pionniers et du Belvédère) à la suite de l’analyse.

Pour le président de la CSD, Claude Beaulieu, c’est l’heureux aboutissement d’un long processus pour la communauté montvaloise.

« C’est grâce à un partenariat entre le comité de parents, le conseil municipal et le conseil des commissaires qu’on a réussi. Si on n’avait pas travaillé main dans la main, on n’aurait jamais eu d’école. Ç’a aura pris du temps, mais aujourd’hui, c’est l’ouverture et on peut être fiers de cette magnifique école. Les gens n’auront plus à se déplacer à Gatineau », a-t-il dit.

Si ce dossier est réglé, un autre ne l’est pas encore, indique M. Beaulieu, faisant référence aux classes de maternelle 4 ans. 

« De notre côté, on a seulement pu en ouvrir deux cette année (écoles de l’Odyssée et de la Traversée), car il n’y avait que deux locaux disponibles. Toutes nos classes sont occupées. Le problème, c’est que si on (Québec) ne nous accorde pas notre demande de nouvelle école dans le secteur de Bellevue, on ne pourra pas en ouvrir d’autres. Il faut absolument qu’on nous l’autorise. Ça prend 13 mois de construction, alors ça urge. On a déjà le terrain, on n’a pas besoin de se battre, le promoteur nous l’offre gratuitement. On refuse les demandes (maternelle 4 ans), il y a une liste d’attente », plaide-t-il. 

Face à la demande de certains parents, la CSD a aussi dans ses cartons un projet d’implantation d’école alternative, une approche pédagogique qui offre aux enfants des outils afin de les guider vers l’autonomie, la responsabilité et l’engagement dans leur réussite scolaire et sociale.

« On va voir comment ce projet-là peut se réaliser, on va analyser la planification de la clientèle », lance M. Beaulieu.

Rappelons qu’une longue saga de plus de cinq ans a précédé l’ouverture de cette école primaire, dont le financement de 12 millions $ avait été accordé par Québec en 2013. Les retards se sont ensuite accumulés pour le choix d’un emplacement, si bien que son ouverture a été retardée à trois reprises. Par conséquent, de nombreux élèves de l’école de l’Équipage, à quelques centaines de mètres de là, ont été forcés de fréquenter l’école polyvalente Le Carrefour et l’édifice Brébeuf, dans le secteur Gatineau.

Du côté de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV), les quelque 6300 élèves ont entamé leur nouvelle année vendredi dernier, au même titre que les 2500 écoliers du territoire de la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais (CSHBO). 

À la Commission scolaire Western Quebec (CSWQ), les cours ont repris jeudi dernier dans la majorité des établissements.