Pour illustrer ses nombreuses inquiétudes face au transport scolaire, la cheffe du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario, Andrea Horwath, a fait déplacer un autobus jaune devant l’Assemblée législative, en début de semaine.
Pour illustrer ses nombreuses inquiétudes face au transport scolaire, la cheffe du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario, Andrea Horwath, a fait déplacer un autobus jaune devant l’Assemblée législative, en début de semaine.

Rentrée en Ontario: encore des craintes liées aux autobus

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local — Le Droit
Toronto — Le ministère de l’Éducation de l’Ontario a augmenté le financement pour les transports scolaires de la province cette année et a communiqué de nombreuses mesures sanitaires pour les autobus qui transporteront les élèves à l’école en septembre.

Il encourage notamment les élèves à recourir à la marche et au vélo pour se rendre à l’école, ou aux parents d’assurer le transport, dans la mesure du possible, pour alléger la pression sur les autobus scolaires.

« Les conseils scolaires peuvent être amenés à accroître l’utilisation des autobus en autorisant plusieurs élèves par banquette et un nombre total de passagers plus proche de leur capacité », peut-on lire dans le Guide ontarien relatif à la réouverture des écoles.

À LIRE AUSSI: Une zone toujours grise

Les élèves de la quatrième à la 12e année seront obligés de porter un masque dans les autobus, et les plus jeunes seront encouragés, mais ce ne sera pas une obligation.

Le personnel scolaire devra tenir un registre de répartition des sièges, qui seront assignés à chaque élève, pour assurer le traçage des cas de COVID-19. Les frères et sœurs devront s’asseoir ensemble.

Un masque médical et une protection oculaire seront fournis aux chauffeurs et aux surveillants d’autobus scolaires et aux aides-éducateurs. Le ministère recommande aussi qu’une distance entre le chauffeur et les élèves soit assurée en laissant libre le banc situé derrière le chauffeur.

La province a aussi augmenté le financement pour renforcer les protocoles de désinfection des surfaces qui sont fréquemment touchées, comme les rampes et les dossiers de siège. Ces surfaces devront être nettoyées au moins deux fois par jour. Du désinfectant pour les mains devra aussi être disponible dans chaque véhicule.

Les conseils scolaires devront aussi prévoir des mesures pour s’adapter aux besoins des élèves vulnérables et ceux ayant des besoins particuliers en matière de transport.

Ces mesures ne sont pas suffisantes, selon l’opposition.

Néanmoins, le premier parti d’opposition à Queen’s Park est d’avis que ce n’est pas assez.


« Certains autobus transportent littéralement trois enfants par siège, 72 enfants par autobus. »
Andrea Horwath, cheffe du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario

Pour illustrer ses nombreuses inquiétudes face au transport scolaire, la cheffe du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, Andrea Horwath, a fait déplacer un autobus jaune devant l’Assemblée législative, en début de semaine.

Pour entrer dans le véhicule, les journalistes présents devaient se placer à la queue leu leu et attendre leur tour pour n’y être qu’une seule personne à la fois.

Mais en septembre, ce ne sera pas le même scénario pour les élèves qui devront se rendre à l’école.

Le gouvernement de Doug Ford a peut-être augmenté les ressources financières pour les conseils scolaires et mis en place des mesures pour protéger les chauffeurs, mais il n’a pas imposé de nombre maximal d’élèves par siège ou par autobus, déplore Mme Horwath.

« Certains autobus transportent littéralement trois enfants par siège, 72 enfants par autobus. »

La députée de Hamilton aimerait que le gouvernement Ford mette en place un plan pour assurer qu’un seul enfant par siège soit admis dans les véhicules et que chacun d’entre eux porte un masque.