Plusieurs dizaines d’élèves qui fréquentent l’école Carle pourraient être transférés vers l’édifice Brébeuf.

Redécoupage à la CSD: 300 élèves pourraient changer d’école

Jusqu’à 300 élèves de quatre écoles primaires de la Commission scolaire des Draveurs (CSD) pourraient bien être forcés de changer d’école lors de la rentrée de septembre prochain en raison d’un redécoupage des bassins.

Les enfants concernés, qui habitent sur une soixantaine de rues situées à Gatineau et Val-des-Monts, fréquentent à l’heure actuelle les écoles Carle, du Cheval-Blanc, des Cépages et de l’Odyssée.

À la suite des consultations par secteur qui ont eu lieu l’automne dernier, la CSD convie les parents concernés à une rencontre d’information le 15 janvier à 19 h à l’école secondaire du Versant au sujet des la gestion des territoires pour l’année scolaire 2020-2021.

Alors que la CSD est toujours en attente d’une réponse de Québec pour la construction d’une nouvelle école primaire dans le quartier Bellevue Nord, au nord de l’autoroute 50 et à l’ouest du boulevard Lorrain, on annoncera par exemple la semaine prochaine qu’on étudie le scénario de transférer de l’école Carle vers l’édifice Brébeuf plusieurs dizaines d’élèves de ce secteur.

Cet édifice, sis à l’angle du boulevard Saint-René Ouest et de la rue Brébeuf, a été utilisé ces dernières années, entre autres pour loger temporairement des élèves de la quatrième à la sixième année en attendant l’ouverture en septembre dernier de la nouvelle école du Sommet, à Val-des-Monts. D’autres écoliers de sixième année de certaines écoles primaires du secteur de l’Aéroport y ont aussi été accueillis de façon temporaire.

Les élèves concernés par cette modification de territoire envisagée par la CSD habitent sur une trentaine de rues, dont les chemins Saint-Thomas et de Chambord ainsi que les rues Thérèse, des Pommetiers et de Dolbeau.

D’autres enfants, qui fréquentent en ce moment l’école du Cheval-Blanc, inaugurée il y a moins d’un an et demi, pourraient également avoir l’édifice Brébeuf comme nouvelle destination chaque matin. Il s’agit d’écoliers dont l’adresse est au nord de l’autoroute 50, par exemple la montée Dalton ainsi que les chemins Dufresne et Proulx.

De plus, des élèves d’une douzaine de rues du sud de Val-des-Monts et qui vont présentement à l’école du Cheval-Blanc pourraient bien être rapatriés à l’école l’Équipage, dans leur propre municipalité. Les rues Mercier, Mitchell et Périneault sont entre autres touchées.

Certains élèves potentiellement touchés par ces changements qui seront en vigueur minimalement pour une année fréquentent actuellement les écoles des Cépages et de l’Odyssée.

« La décision finale n’est pas encore prise. À la suite de nos séances de consultation de l’automne dans chacun des secteurs, des changements de territoires pourraient avoir lieu. On voulait consulter, prendre le pouls des gens. On souhaite rapatrier tout ce secteur-là, qui est en développement, dans un même édifice au lieu de les répartir [les élèves] dans quatre ou cinq écoles différentes. Ils vont avoir leur propre école », explique la porte-parole de la CSD, Mélissa Fortin.

Celle-ci tient à préciser que les scénarios qui seront retenus constitueront des solutions temporaires en attendant que le ministère de l’Éducation donne son feu vert à l’érection d’une école primaire de 400 places dans Bellevue Nord, où le promoteur immobilier CDM Construction offre un terrain gratuitement.

La décision finale sera prise lors de la prochaine réunion du conseil des commissaires, le 27 janvier.

Le moins pire des scénarios, selon Lanthier

Le conseiller municipal du district de Bellevue, Pierre Lanthier, qui milite pour la construction d’une nouvelle école dans son secteur, accueille favorablement ces modifications dans les circonstances.

« J’ai assisté aux rencontres à l’automne et l’un des scénarios évoqués était de regrouper les élèves mon secteur dans cet édifice-là. Je vois ça d’un bon œil, pour le moment, même s’il est certain que ça ne peut pas satisfaire tout le monde. Il y aurait une période d’ajustement. Cette façon de faire pourrait aussi éviter que des élèves changent d’école plusieurs fois au cours de leur primaire. Le transport scolaire pourra aussi se faire en ligne directe, alors qu’en ce moment, il y a certains élèves [qui habitent dans Bellevue Nord] qui passent au-delà d’une heure dans l’autobus », dit l’élu.

M. Lanthier affirme qu’il « ose espérer » qu’il s’agit de la meilleure solution pour l’instant, en attendant « un dénouement peut-être positif » dans les mois à venir.

La pétition en ligne sur le site de l’Assemblée nationale pour la construction d’une nouvelle école dans ce secteur recueille actuellement 386 signatures.