Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, discute avec le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize (à droite) et le président de la CSCV, Éric Antoine.

Québec investit 43,5 millions $ pour quatre écoles en Outaouais

Des centaines de nouvelles places pour des élèves du primaire verront le jour en Outaouais au cours des prochaines années, alors que Québec injecte 43,5 millions $ pour construire une première école primaire à L’Ange-Gardien, préparer le dossier de construction d’un autre établissement dans le secteur Aylmer et pour réaliser deux agrandissements.

Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a annoncé lundi après-midi que la municipalité de L’Ange-Gardien accueillera sa toute première école grâce à un financement de 16,2 millions $ alloué à la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV).

Le président de la CSCV, Éric Antoine, a fait savoir que cet établissement comptera 12 groupes de niveau primaire, deux de maternelle 5 ans et deux autres de prématernelle 4 ans.

Selon M. Antoine, l’école pourrait ouvrir pour la rentrée 2021, sinon pour 2022.

Trois projets à la CSPO

Les trois autres projets annoncés lundi concernent la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO).

Québec octroie un peu plus de 3 millions $ pour préparer la construction d’une nouvelle école primaire en sol gatinois, dans le secteur Aylmer.

« C’est une nouvelle façon de faire […] pour faire en sorte qu’on puisse aller de l’avant avec davantage de projets, a expliqué le ministre Lacombe. Il y a 28 projets à l’échelle québécoise qui sont financés cette année de cette façon-là, donc on donne 10 % de l’enveloppe pour s’assurer qu’on puisse faire les plans et devis, par exemple, [et] qu’on puisse progresser en attendant la part […] plus complète du financement. »

Le président de la CSPO, Mario Crevier, a indiqué que cette école – la 037 – devrait être érigée dans les environs de la future école secondaire du chemin Vanier, près du centre aquatique Paul-Pelletier.

Dans le secteur Hull, l’école du Parc-de-la-Montagne sera agrandie grâce à un investissement de 11,9 millions $. Cette somme permettra l’ajout de 12 locaux et d’un gymnase. M. Crevier souhaite que les travaux soient réalisés le plus vite possible, « probablement » pour la rentrée 2021.

Dans la municipalité de La Pêche, l’école au Coeur-des-Collines sera aussi agrandie grâce à un montant de 12,3 millions $ pour l’ajout de dix classes et d’un gymnase. 

Les parents des élèves de cette école avaient à maintes reprises, ces dernières années, dénoncé l’état de cette école primaire séparée en deux immeubles.

Le député de Gatineau, Robert Bussière, avait lui-même souhaité que Québec investisse pour une nouvelle école lorsqu’il était maire de La Pêche. 

La municipalité s’était à l’époque engagée à céder gratuitement un terrain pour l’école et à payer 600 000 $ pour qu’elle ait un gymnase double.

En 2016, M. Bussière s’était dit « sérieusement déçu » que Québec n’ait pas répondu favorablement à la demande de construction d’une nouvelle école primaire à La Pêche.

Maintenant qu’il représente les couleurs du gouvernement caquiste, M. Bussière estime que l’agrandissement de l’immeuble Sainte-Cécile est « un beau projet ». 

« Je ne peux pas dire que ça va satisfaire l’ensemble de la population, parce qu’il […] y en a qui réclamaient une nouvelle école », a-t-il reconnu, en précisant que « la croissance n’était pas nécessairement là pour justifier une nouvelle école ».

+

UNE PREMIÈRE ÉCOLE À L'ANGE-GARDIEN

Près d’un quart de siècle après avoir soulevé l’idée d’accueillir une école primaire sur son territoire, la municipalité de L’Ange-Gardien peut crier victoire.

Le maire de la municipalité de près de 6000 habitants située au nord-est de Gatineau, Marc Louis-Seize, attendait ce moment depuis longtemps. 

Le député de Papineau et ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a confirmé la construction d’une école primaire en sol angelois.

« Vingt-quatre ans plus tard, on a livré la marchandise, s’est réjoui M. Louis-Seize après l’annonce, lundi. […] C’est merveilleux, parce que les jeunes familles vont pouvoir s’épanouir dans la municipalité de L’Ange-Gardien. »

Le maire Louis-Seize estime qu’avec l’arrivée prochaine de cette école et le développement du parc d’affaires, L’Ange-Gardien « devient de moins en moins une municipalité-dortoir ».

Le président de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV), Éric Antoine, n’a pour sa part pas hésité à dire que cette annonce représente « sûrement le point culminant » de sa carrière en politique scolaire.

Le futur établissement a déjà un nom et s’appellera l’école des Grands-Pins. Ce nom, suggéré par une élève de 6e année de l’école Monseigneur-Charbonneau, Aurélie Joanisse, a été choisi parmi quelque 125 propositions soumises à la CSCV.

L’école sera érigée sur un terrain de six acres acquis par la municipalité, près de l’intersection de la route 315 et du chemin Robitaille.

Quelque 1200 personnes avaient signé une pétition sur le site de l’Assemblée nationale pour réclamer la construction d’une école à L’Ange-Gardien.

+
DÉCEPTION ET «PARTIE REMISE» À LA CSD 

Comme ce fut le cas l’an dernier, la Commission scolaire des Draveurs (CSD) mord la poussière à la suite de l’annonce des nouveaux investissements de Québec dans les écoles de la région. 

Elle demandait une nouvelle école primaire de 400 places dans le secteur Bellevue, à proximité de l’intersection du boulevard Lorrain et du chemin de Chambord ; ainsi que l’agrandissement du centre de formation professionnelle Compétences Outaouais, situé sur le boulevard Maloney. 

«Nous sommes déçus, oui, les gens de ce quartier s’attendaient à une annonce, surtout que le terrain nous était donné par l’entrepreneur et qu’on est prêt à procéder rapidement. Ce n’est peut-être que partie remise. Il y a peut-être des endroits où il y avait un plus grand manque que nous, alors on est bons joueurs. Nous sommes contents pour les gens qui ont eu ce qu’ils avaient demandé», note le président de la CSD, Claude Beaulieu. 

Il ajoute que les citoyens du secteur Bellevue vont peut-être devoir faire davantage de revendications pour obtenir leur école, une stratégie qui a porté fruit dans le cas de la future école de L’Ange-Gardien.

Avec Daniel LeBlanc