Des CPE de l’Outaouais pourraient fermer leurs portes pendant quatre jours, la semaine prochaine.

Quatre jours de grève à prévoir

Dix-sept centres de la petite enfance (CPE) de l’Outaouais pourraient être fermés pendant quatre jours la semaine prochaine si les négociations en cours avec la partie patronale ne progressent pas davantage.

Le vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN (FSSS-CSN), Christian Meilleur, a expliqué au Droit, jeudi soir, que les négociations se poursuivaient toujours et que le syndicat pourrait faire le point avec les médias sur l’état de la situation, ce vendredi en début de journée.

Il y a eu séance de médiation entre les parties syndicale et patronale, mercredi et jeudi de cette semaine.

S’il n’y a pas de progrès, les syndiqués de la FSSS-CSN pourraient « monter le ton », soutient M. Meilleur, qui affirme «qu’on est à un point tournant des négociations actuellement.»

À l’automne dernier, les employés de CPE membres de la FSSS-CSN ont adopté un mandat de six jours de grève. Jusqu’à maintenant, deux journées de mobilisation ont été utilisées. Questionné à savoir s’il pourrait y avoir quatre jours de grève la semaine prochaine, Christian Meilleur indique que le scénario est toujours « plausible ».

En février, la vice-présidente à la négociation et aux griefs du Syndicat des travailleurs (euses) en centre de la petite enfance de l’Outaouais (STCPEO), Najoua Zitouni, indiquait en entrevue au Droit que les horaires de travail, le choix des groupes et les périodes de repos sont au nombre des éléments qui achoppaient en ce moment dans les négociations locales. Les syndiqués aimeraient notamment que chaque CPE puisse avoir ses propres clauses adaptées à « leur réalité », au lieu de clauses régionales s’appliquant à toutes les installations.

Avec Jacques-Normand Sauvé