Le Syndicat des enseignants et enseignantes du Cégep de l’Outaouais s’étonne que le nettoyage des conduits d’aération n’a pas été fait depuis 22 ans.

Qualité de l'air au Cégep de l'Outaouais: des inquiétudes malgré des tests conformes

Le Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de l’Outaouais (SEECO) s’étonne que le nettoyage complet des conduits d’aération du campus Gabrielle-Roy n’ait pas été fait depuis 22 ans, même si des analyses effectuées récemment n’ont permis de déceler aucune problématique de qualité de l’air.

La qualité de l’air au campus du boulevard de la Cité-des-Jeunes a récemment soulevé des préoccupations au SEECO. Dans un courriel envoyé à ses membres dont Le Droit a obtenu copie, le syndicat indique qu’un enseignant a connu un problème de santé « possiblement en lien avec la qualité de l’air » à l’intérieur du campus.

À la suite d’une intervention de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) le mois dernier, le Cégep a convenu de procéder à des analyses. Qu’il s’agisse des analyses sur le débit d’air ou sur la qualité de l’air, les résultats sont tous conformes aux normes, a fait savoir jeudi le porte-parole du Cégep, Simon Desjardins.

À la CNESST, le porte-parole régional, Alain Trudel, souligne qu’il a aussi été déterminé que les travaux de rénovation en cours respectent les normes établies.

Lors d’une rencontre avec l’employeur, le SEECO a toutefois voulu savoir à quelle fréquence sont nettoyés les conduits d’aération. « La réponse : aucun nettoyage n’a été fait depuis les 22 dernières années », indique le syndicat dans le message envoyé à ses membres, en précisant que cette information « a suscité des inquiétudes ».

Aucune norme

Le porte-parole du Cégep, Simon Desjardins, reconnaît que le dernier nettoyage complet des conduits a été fait il y a 22 ans. Il souligne cependant qu’aucune norme n’exige qu’un tel nettoyage soit fait à une fréquence précise, et que l’établissement vérifie les filtres de son système deux fois par année, plutôt qu’une seule fois comme le prévoient les normes.

À la CNESST, Alain Trudel affirme que les travaux en cours sur le campus se font « dans les règles de l’art » et confirme qu’« il n’y a pas de norme sur le nettoyage des conduits ».

Le président du SEECO, Christian Bernier, note que même si l’intervention de la CNESST découle d’un seul cas d’enseignant ayant évoqué des symptômes, quelques collègues ont par la suite fait savoir qu’ils en éprouvaient aussi. Il s’agit notamment de « maux de tête, de difficultés à respirer et de fatigue extrême », a-t-il indiqué. Cinq étudiants rencontrés par Le Droit ont aussi rapporté des symptômes similaires, en précisant qu’ils s’atténuaient les jours où ils ne se trouvent pas dans le campus.

Même si les résultats des analyses représentent « une bonne nouvelle », M. Bernier se dit « étonné » qu’il n’y ait aucune norme spécifiant à quelle fréquence le nettoyage des conduits doit être fait. « Ça m’étonne aussi que malgré l’absence de norme, on n’ait pas fait un tel nettoyage depuis 22 ans, a-t-il indiqué au Droit. Il y a beau ne pas avoir de norme, il me semble que la logique mènerait à faire un entretien régulier. »

Puisque les analyses n’ont pas révélé de problème nécessitant une intervention immédiate, le Cégep effectuera le nettoyage des conduits en juin prochain. Les étudiants auront alors quitté le campus pour l’été et les rénovations seront terminées, tandis que l’établissement aura le temps nécessaire pour procéder à un appel d’offres.