Le président de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, Éric Antoine.

Projet de loi 40: la CSCV souhaite se faire entendre en commission parlementaire

Inquiète des impacts éventuels du projet de loi 40 portant sur la révision de la gouvernance scolaire, la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) demande à être entendue lors des futures consultations de la Commission de la culture et de l’éducation.

À l’instar de plusieurs de ses homologues à l’échelle provinciale, le président de la CSCV, Éric Antoine, a fait parvenir, plus tôt cette semaine, une lettre à la présidente de la Commission de la culture et de l’éducation, Lise Thériault.

Dans la missive, qui a également été acheminée à d’autres élus de l’Assemblée nationale, dont les cinq députés provinciaux de l’Outaouais, M. Antoine demande que la CSCV soit « officiellement » reçue en commission parlementaire « afin de faire valoir la spécificité de son territoire ».

« Plusieurs inquiétudes se font sentir à la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées, notamment sur la centralisation des décisions en éducation et la perte d’autonomie des milieux locaux et régionaux. La protection des services aux petits milieux et la valorisation de ceux-ci sont mises à risque avec le projet de loi 40 et nous aimerions pouvoir nous exprimer sur le sujet. Nous représentons la population d’un territoire très vaste de près de 3300 kilomètres carrés et nous sommes des élus présents dans chacune de nos écoles », écrit M. Antoine.

« La structure proposée ne garantit pas une représentativité aussi exhaustive et nous croyons qu’à moyen terme, il se crée une concentration urbaine de notre clientèle. Au cours des 5 dernières années, le Conseil des commissaires a pris des décisions à caractère politique de haute importance qui ont changé le visage de son territoire (infrastructures, services, implication de l’organisation, taxe scolaire, partenariat et protocoles). Nous croyons que d’éliminer les élu.e.s scolaires créera un énorme vide et que l’Outaouais sombrera dans l’oubli, encore une fois », ajoute le président de la CSCV.

Rappelons que le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, a déposé le projet de loi 40 portant sur la gouvernance scolaire le 1er octobre. Ce projet de loi vise à transformer les commissions scolaires en centre de services où les conseils des commissaires seraient remplacés par des conseils d’administration.