Possible «grève complète» des employés de soutien des écoles de l'Ontario dès lundi

Une «grève complète» pourrait être entamée dès lundi prochain par près de 55 000 employés de soutien des écoles de l’Ontario.

Après la grève du zèle commencée cette semaine en raison de l’échec des négociations visant le renouvellement de leur contrat de travail, les membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) viennent d’enclencher une autre étape.

«Devant les preuves de plus en plus nombreuses que les conseils scolaires se servent des mesures prises par les travailleurs de l’éducation comme excuse pour sabrer [dans] les programmes, les services et la dotation en personnel dans les écoles de l’Ontario, le syndicat qui les représente a donné le préavis de cinq jours requis pour intensifier ses moyens de pression pour en arriver à une grève complète qui débuterait le lundi 7 octobre», a indiqué le SCFP dans un communiqué diffusé mercredi.

La centrale syndicale, qui représente les employés de bureau, les aides-éducateurs et les concierges des écoles de la province, indique avoir du même coup «lancé une invitation sincère» au gouvernement et aux associations de conseils scolaires pour négocier 24 heures sur 24 à partir de vendredi pour éviter des «perturbations pour les élèves, les familles et les écoles».

«Nous espérions que la grève du zèle obligerait les parties à se réunir et à intervenir un accord, a indiqué dans le communiqué Laura Walton, présidente du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario du SCFP. Mais, cela ne s’est pas produit et nous avons entendu des choses qui nous préoccupent beaucoup. Sans aucune justification, certains conseils scolaires ferment des programmes et renvoient des travailleurs chez eux. [...] Partout dans la province, les conseils scolaires réduisent les services et mettent les élèves à risque.»

L’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC), qui fait partie du Conseil des associations d’employeurs, a indiqué par voie de communiqué vouloir «éviter une grève générale». L’AFOCSC affirme que le Conseil des associations d’employeurs «sera à la table de négociation pour conclure une entente négociée le plus rapidement possible».

«Nos conseils scolaires analysent actuellement les répercussions qu’une grève générale du SCFP aura sur chacune de leurs écoles et mettent en place leur plan d’action pour assurer le bien-être et la sécurité de toutes et de tous», a ajouté l’association.