Il reste toujours deux places à combler à Grand-Remous, mais «ça va quand même très bien», selon le directeur général adjoint à la CSHBO, Stéphane Rondeau.

Pas de difficulté à combler les places en Outaouais

À trois semaines de la rentrée des classes, les commissions scolaires de l'Outaouais ne sont pas confrontées au même problème que dans la région de Québec, où une commission scolaire n'a réussi qu'à combler à peine plus de la moitié des nouvelles places en maternelle 4 ans que le ministère de l'Éducation lui a octroyées en juin dernier.
Le quotidien Le Soleil rapportait mercredi que la Commission scolaire des Premières-Seigneuries a acheminé un avis « urgent » aux médias dans le but de signaler aux parents de son territoire que 18 chaises de ses nouvelles classes de maternelle 4 ans sont encore vides sur un total de 42. 
Des 100 nouvelles places annoncées par le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx il y a un mois et demi, 13 ont été attribuées à l'Outaouais, ce qui porte leur total à 24 pour la région. 
La totalité d'entre elles concernait des établissements de la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l'Outaouais (CSHBO), qui a cependant informé par écrit le ministère quelques jours plus tard qu'elle ne serait en mesure que d'en ouvrir neuf à temps pour le retour sur les bancs d'école. Ces nouveaux groupes s'ajoutent aux trois autres que comptait déjà la CSHBO, ce qui porte leur total à 12. 
L'organisation confirme que la centaine de nouvelles places ont presque toutes trouvé preneur. Ce ne serait qu'une question de jours avant que ce soit chose faite. 
« Au moment où je vous parle, les huit premières classes sont pleines alors qu'on attend des inscriptions pour la neuvième. Il y a deux places à combler, alors on fait un petit blitz dans la municipalité visée (école Sacré-Coeur à Grand-Remous), mais ça va quand même très bien. Plusieurs jeunes enfants auront accès à des services éducatifs de grande qualité », lance le directeur général adjoint, Stéphane Rondeau. 
Du côté de la Commission scolaire des Draveurs, à qui le ministère n'a pas attribué de nouvelles classes de ce type pour la prochaine rentrée, on affirme que tout se déroule rondement à l'école La Source, où sont regroupées toutes les places.
« Ça va bien. C'est plein et nous n'avons pas de problème à les remplir. Et si jamais on nous en alloue d'autres dans le futur, nous sommes prêts à répondre à l'appel », soutient le président, Claude Beaulieu. 
À la Commission scolaire des Portages de l'Outaouais, où ce sera également le statu quo lors de la prochaine rentrée, la coordonnatrice aux communications Paméla Touchette-Giroux indique que les huit classes (à demi-temps et à temps plein), qui permettent d'accueillir 96 élèves, sont pour la majorité complète en date d'aujourd'hui. Celles-ci sont réparties dans sept écoles primaires de Gatineau, La Pêche et Pontiac. 
« Quelques-unes ont des places disponibles qui seront comblées d'ici la rentrée le 31 août. Nous n'avons pas eu d'embuches pour combler ces places », note-t-elle. 
Même son de cloche à la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, qui affirme qu'il y a un bon intérêt pour ces places offertes dans trois de ses écoles.