Ottawa et Est ontarien: jour de rentrée dans les conseils scolaires francophones

C’est jour de rentrée mardi pour 52 000 élèves des trois conseils scolaires francophones à Ottawa et dans l’Est ontarien.

Les écoliers du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) et du Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO) ont repris le chemin des classes après deux mois de vacances.

Au CECCE, où on observe une hausse de 4% de la clientèle, quelque 25 500 élèves ont enfilé leur sac à dos. Seuls l’école élémentaire catholique Bernard-Grandmaître et le Centre professionnel et technique Minto ont un calendrier différent, leur année scolaire ayant débuté respectivement les 14 et 20 août. 

Ce conseil scolaire offre entre autres comme nouveautés cette année un programme de sports électroniques (Centre professionnel et technique Minto), une académie de soccer (école élémentaire catholique Jean-Robert-Gauthier) et un programme sport-études (école secondaire catholique Paul-Desmarais).

Dans le cas du CEPEO, la cloche a sonné pour 17 000 élèves mardi, une augmentation de 5% par rapport à l’an dernier. 

Cette rentrée marque l’ouverture de la nouvelle école élémentaire Ottawa Ouest, dans le secteur Nepean. L’institution offrira une pédagogie inspirée de la philosophie Reggio Emilia, qui met l’enfant au cœur du processus d’apprentissage, dit-on. Ouverte depuis 2016, l’école élémentaire publique Michel-Dupuis, dans le sud d’Ottawa, offrira quant à elle dès cette année une classe de neuvième année.

Au CSDCEO, un total d’un peu plus de 10 000 élèves ont débuté une nouvelle année scolaire mardi. 

Notons que l’année scolaire ne s’amorcera que le 30 août ou le 3 septembre pour les élèves de l’Outaouais, selon le calendrier des différentes commissions scolaires de la région.

La prudence est de mise

Le Service de police d’Ottawa profite de la rentrée scolaire pour rappeler que la prudence est de mise aux abords des écoles, et ce, autant pour les piétons que les automobilistes. Le respect des limites de vitesse dans les zones scolaires, le respect des signaux des autobus scolaires et le port du casque à vélo sont au nombre des conseils de sécurité. Les autorités rappellent que le non-respect des feux clignotants d’un autobus scolaire est passible d’un constat d’infraction de 400 à 2000 $, en plus de l’ajout de six points d’inaptitude au dossier de conduite. 

On rappelle également qu’il faut obéir aux indications des brigadiers scolaires, marcher sur les trottoirs et respecter les passages piétonniers.